Le sus­pense à son comble

Le camp dé­mo­crate ne conserve qu’une lé­gère avance

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités -

L’amé­rique et le monde re­te­naient leur souffle hier, au dé­but du der­nier week-end de la cam­pagne pré­si­den­tielle amé­ri­caine, Hilla­ry Clin­ton et Do­nald Trump pro­po­sant aux Amé­ri­cains deux voies ra­di­ca­le­ment op­po­sées pour les quatre pro­chaines an­nées.

Àtrois jours du scru­tin, les son­dages ne sont guère d’uti­li­té pour pré­dire avec cer­ti­tude l’is­sue du vote. La dé­mo­crate de 69 ans conserve un mince avan­tage de 2,3 points en moyenne sur le mil­liar­daire po­pu­liste de 70 ans, mais Do­nald Trump est por­té par un re­bond sou­dain dans les États clés où se joue­ra vé­ri­ta­ble­ment l’élec­tion, et qui lui font croire qu’une sur­prise est pos­sible mar­di soir.

Les deux can­di­dats qua­drillent donc in­las­sa­ble­ment le pays, en­chaî­nant les mee­tings pour lan­cer un der­nier ap­pel à la mo­bi­li­sa­tion, avec un même mes­sage : chaque voix compte dans cette élec­tion dé­crite par les deux camps comme une chance his­to­rique.

Cô­té dé­mo­crate, ce sont les su­per­stars Beyon­cé et Jay Z qui ont don­né le coup d’en­voi du wee­kend, dans un grand concert avec d’autres rap­peurs à Cle­ve­land, bas­tion dé­mo­crate de l’ohio. « Le monde at­tend de nous que nous res­tions un pays pro­gres­siste à la pointe du chan­ge­ment », a lan­cé Beyon­cé, ac­cla­mée par une foule dé­chaî­née de 10.000 per­sonnes, très ma­jo­ri­tai­re­ment noires. « Je veux que ma fille gran­dis­ se dans un pays pré­si­dé par une femme », a dit la chan­teuse, qui a chan­té son tube Run the World (Girls). Clin d’oeil aux te­nues de l’an­cienne Première dame, les six dan­seuses de Beyon­cé por­taient des tailleurs­pan­ta­lons…

Dans cette at­mo­sphère sur­vol­tée et in­édite pour la grand­mère de deux pe­tits­en­fants, Hilla­ry Clin­ton a pris la pa­role quel­ ques mi­nutes, sans épi­lo­guer sur son pro­gramme, mais en rap­pe­lant les ho­raires et l’adresse du bu­reau de vote le plus proche, dé­jà ou­vert. « Nous avons un travail à ter­mi­ner, plus d’obs­tacles à abattre, et avec votre aide, un pla­fond de verre à bri­ser une fois pour toutes », a lan­cé la dé­mo­crate. Plus tôt, elle avait mé­tho­di­que­ment tâ­ché de dé­mo­lir le mes­sage po­pu­liste de son ad­ver­saire, dé­non­çant des pro­messes creuses.

« Je suis ici tout seul ! »

À 450 km à l’est de Cle­ve­land, à un autre bout de la « Rust Belt », ré­gion in­dus­trielle en dé­clin, Do­nald Trump a rem­pli à nou­veau une salle de 13.000 per­sonnes. De­puis l’an­née der­nière, l’homme d’af­faires est le seul à ras­sem­bler des foules aus­si im­por­tantes. « Et au fait, je n’ai pas eu be­soin d’ame­ner Jen­ni­fer Lo­pez ou Jay Z, je suis ici tout seul ! », a­t­il iro­ni­sé à Her­shey, en Penn­syl­va­nie, où il tente de per­cer le « pare­feu » d’hilla­ry Clin­ton, qui a me­né jus­qu’ici dans les son­dages de ce grand État.

CLIN­TON. Les people (ici Beyon­cé et Jay Z) en ren­fort. AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.