Trop, beau­coup trop d’ap­proxi­ma­tions…

Les tops et les flops au fil de cette vic­toire vrai­ment peu convain­cante

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports rugby - Va­lé­ry Le­fort

Cler­mont a pré­ser­vé de fa­çon un peu mi­ra­cu­leuse son in­vin­ci­bi­li­té sur sa pe­louse. Em­prun­tés, sou­vent à cô­té de la plaque, les Au­ver­gnats ont aus­si peut-être tou­ché du doigt les li­mites du tur­no­ver à ou­trance…

C’est pas­sé fin. Très fin même ! Au terme d’une par­tie qu’elle n’a ja­mais maî­tri­sée, L’ASM a sau­vé l’es­sen­tiel. Mais elle ne fe­ra pas l’im­passe d’une sé­vère re­mise en ques­tion avant d’al­ler à Bayonne. Non, il ne suf­fit pas d’ali­gner quinze types en « jaune et bleu » pour sur­fer sur la vague du suc­cès…

ON A AI­MÉ

Le drop de Lo­pez d’en­trée. Alors que L’ASM ag­glo­mé­rait (dé­jà) les at­taques à plat sans sa­veur ni réelle convic­tion, l’ou­vreur de L’ASM pre­nait un re­cul ju­di­cieux pour cla­quer un drop sobre et bien­ve­nu.

Les dé­buts de Pe­naud et Gior­gadze. Le jeune centre a joué le deuxième match comme ti­tu­laire de sa jeune car­rière pro­fes­sion­nelle à Cler­mont dans un con­ texte dif­fi­cile (voir match en ques­tions). Concer­nant Gi­ro­gadze, il a par­fois fait montre d’une fougue li­mite dans les rucks. Mais on ne le lui re­pro­che­ra pas, alors que cer­tains de ses co­équi­piers ont été plutôt apa­thiques hier. À l’in­verse de Ya­to, le meilleur à L’ASM.

La ré­ac­tion de Par­ra. Après une pé­na­li­té plutôt fa­cile ra­tée (pour lui), il se ré­cu­père dans les se­condes qui suivent en ve­nant ins­crire un es­sai qui ne doit rien à per­sonne en pro­fi­tant d’une faute de main gre­no­bloise. Un es­sai qui pèse lourd au fi­nal…

Le match des Gre­no­blois. On les don­nait par­tant pour l’abat­toir dans ce duel des ex­trêmes ! Ils ont été épa­tants de cou­rage et de so­brié­té mê­lés. Une vic­toire chez le lea­der n’au­rait même rien eu d’illo­gique pour les hommes de Ja­ck­man, qui ont per­du leur jack­pot sur la der­nière ac­tion après la si­rène. Néan­moins, ce point pris en Au­vergne peut être le socle d’un nou­veau dé­part pour une for­ma­tion al­pine qui, avec le re­tour de ses cadres (Aplon, Grice, etc) a prou­vé qu’elle pou­vait lar­ge­ment se main­te­nir. Ils sont al­lés sa­luer leurs sup­por­ters ras­sé­ré­nés par cette pres­ta­tion por­teuse d’es­poirs.

La haie d’hon­neur des Cler­mon­tois. Ils le savent, les par­te­naires de Par­ra sont pas­sés par un trou de sou­ris, voire une tête d’épingle… Aus­si, les voir faire une haie d’hon­neur à leurs ad­ver­saires du jour était un beau geste. Mé­ri­té en plus.

ON N’A PAS AI­MÉ

Le cirque du mi­cro des ar­bitres. Re­be­lote au coup d’en­voi, trois se­maines après ce­lui vé­cu face à Bor­deaux. Et on est soi­di­sant chez les pros… Pour­ quoi ne pas équi­per le 4e ar­bitre qui, en cas de pro­blème, com­men­ce­rait la ren­contre ?

Le jeu au pied à L’ASM. Ila man­qué de tout : de ré­gu­la­ri­té comme de pré­ci­sion. Trop de bal­lons ren­dus, même Rou­ge­rie puis Aben­da­non ont per­du les chèvres en fin de match. Sous les chan­delles ? Per­sonne, ou tou­jours en re­tard. Dans les tirs au but, Par­ra a ra­té deux pé­na­li­tés et une trans­for­ma­tion avant de lais­ser le tir à Lo­pez qui a lou­pé sa première ten­ta­tive.

Les lan­cers en touche. Un mal ré­cur­rent (voir la rubrique le match en ques­tions).

La ré­ac­tion de cer­tains spec­ta­teurs. On dit bien spec­ta­teurs, ou plutôt consom­ma­teurs… Il n’est pas écrit dans le contrat des joueurs qu’ils doivent être bons tout le temps. Certes, Kay­ser, pour ne ci­ter que lui, a en­core pas­sé une vi­laine soi­rée sur ses lan­cers en touche… De là à voir cer­tains quo­li­bets des­cendre des tri­bunes… Vexé au mo­ment de re­joindre le cou­loir des ves­tiaires, l’in­té­res­sé n’a d’ailleurs pas ap­pré­cié.

VEXÉS. Quatre bal­lons per­dus en touche, les Cler­mon­tois et Ben­ja­min Kay­ser ont en­core du pain sur la planche dans ce sec­teur. PHO­TO THIER­RY LINDAUER

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.