Voyage dans l’in­time avec Ca­li

Seul en scène, il joue, chante et fait mar­rer le pu­blic

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Si on sortait - Julien Do­don

L’exer­cice du so­lo fa­çon Ca­li était at­ten­du avec cu­rio­si­té. Il s’agis­sait hier à Sémaphore, seule­ment de la troi­sième date de ce nou­veau spectacle. Vraie réus­site.

De­puis Ro­ber­ta jus­qu’à I want you le pre­mier single de son al­bum à pa­raître le 25 no­vembre pro­chain, en pas­sant par Ils sont ve­nus la cher­cher, Je sais ta vie ou Mille coeurs de­bout, Ca­li a of­fert, hier, au pu­blic de Sémaphore un in­time et grand voyage en his­toire. La sienne.

Deux heures pour presque tout dire

Qui, en l’oc­cur­rence dé­bute à l’ado­les­cence, à l’heure de la fuite vers un ailleurs plus amour, plus rock, et se pour­suit jus­qu’à l’homme d’au­jourd’hui. Qui chante, s’ac­com­pa­gnant ici au pia­no, là à la gui­tare, et parle éga­le­ment beau­coup. De sa vie. Rien n’est écrit. « Je sais tout » ! ex­plique­t­il ma­li­cieu­se­ment. Pas un ré­cit em­mer­dant, mais bien le conte de mo­ments qui os­cil­lent entre émo­tion, dou­leurs et grands sou­rires. On se marre même vrai­ment. Les anec­dotes et sou­ve­nirs fusent. Ponc­tués d’un hom­mage à Leo­nard Co­hen. Deux heures pour tout dire. Et le reste. Le Ca­li bon­dis­sant n’était pas de la par­tie hier soir ; il s’agis­sait de tout autre chose. D’un spectacle sur­pre­nant, une vé­ri­table réus­site tant sur le plan du jeu que le plan mu­si­cal puis­qu’il donne aux mé­lo­dies et textes l’oc­ca­sion d’être en­ten­dus dif­fé­rem­ment. Ca­li est pas­sé par la case théâtre, ce qui à ses qua­li­tés na­tu­relles, ajoute la me­sure idéale pour être juste.

HIER SOIR. Ca­li, tou­jours aus­si gé­né­reux, est ma­gni­fi­que­ment bon dans cet exer­cice so­lo. PHO­TO FRANCK BOI­LEAU

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.