Ne pas être dans son as­siette

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Ga­vin’s Cle­mente Ruiz Ga­vin’s Cle­mente Ruiz. Ga­vin’s Cle­mente Ruiz est l’au­teur de une pe­tite an­tho­lo­gie des ex­pres­sions de notre his­toire (Al­bin Mi­chel), (La li­brai­rie Vui­bert) et (Édi­tions Ci­ty). (Ma­za­rine).

Vous êtes un peu pa­traque ? Ça y est, tous les mi­crobes de l’hi­ver re­viennent au ga­lop et avec eux leur lot de maux et autres sen­sa­tions bien désa­gréables. On n’a plus qu’une en­vie : res­ter bien au chaud, sous sa couette et ne plus bou­ger… pour lire son jour­nal pré­fé­ré sans doute ! Et puis, hors de ques­tion qu’on vous parle de nour­ri­ture… Ne pas être dans son as­siette, c’est donc ça, être bar­bouillé, un peu ma­lade. En­fin, ça, c’est ce que vous croyez car la vé­ri­té est tout autre ! En ef­fet, car ce n’est ab­so­lu­ment pas dans le re­gistre ali­men­taire qu’il faut cher­cher. L’as­siette n’est pas celle qu’on croie. Il s’agit de l’as­siette sy­no­nyme de pos­ture, de main­tien, et dé­ri­vée de l’as­sise, et du verbe as­seoir, son sens pre­mier.

En équi­libre

On parle de l’as­sise ou as­siette du ca­va­lier en équi­ta­tion, quand il main­tient son équi­libre sur l’ani­mal. Plus tard, au XIVE siècle, l’as­siette pren­dra le sens de place à table, l’en­droit où l’on s’ins­talle de­vant un pe­tit plat, où dé­sor­mais à par­tir du XVIE on mange, non plus dans le grand plat com­mun, mais par mé­to­ny­mie, dans cette pe­tite… as­siette. De place bien as­sise, le mot a dé­ri­vé et reste dé­sor­mais pour dé­si­gner l’ob­jet. Un bien beau voyage!

Mais l’as­siette qui nous in­té­resse dans cette ex­pres­sion est le sy­no­nyme d’équi­libre et non pas l’ob­jet. Que ce­la ne vous coupe pas l’ap­pé­tit pour au­tant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.