Pre­mière ga­gnante pour Par­ra

Ti­tu­la­ri­sé pour dé­pan­ner à l’ou­ver­ture, hier

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports - Di­dier Cros

Au­teur du drop sy­no­nyme de vic­toire en toute fin de match, Mor­gan Par­ra a as­su­ré au poste d’ou­vreur qu’il oc­cu­pait pour­tant pour la toute pre­mière fois sous le maillot de L’ASM.

«Connais­sant le mer­deux (sic), ce drop, je l’ai vu ar­ri­ver gros comme une mai­son. À dix mètres des perches, il peut en ra­ter mais pas ce­lui­là. » Ju­lien Bon­naire, ca­pi­taine du LOU, était le pre­mier à fé­li­ci­ter Mor­gan Par­ra, son an­cien co­équi­pier, qui a fi­na­le­ment eu le der­nier mot en cla­quant ce drop, du gauche bien sûr, sy­no­nyme de vic­toire pour L’ASM.

Ti­tu­la­ri­sé pour la pre­mière au poste de de­mi d’ou­ver­ture à L’ASM après 175 matchs sous le maillot jaune et bleu, le ca­pi­taine cler­mon­tois a non seule­ment of­fert le suc­cès à son équipe mais il a li­vré une co­pie propre, sans ra­ture, pleine d’ab­né­ga­tion et sur­tout de lu­ci­di­té, no­tam­ment dans le mo­ney time lors­qu’il s’est agi d’al­ler cher­cher cette vic­toire presque in­es­pé­rée. C’est lui, en ef­fet, qui com­mande la pé­nal­touche sur la der­nière ac­tion.

« On s’est re­trou­vé à pi­lon­ner jus­qu’à cinq mètres de la ligne et l’op­tion du drop est ar­ri­vée na­tu­rel­le­ment. Mais c’est d’abord le fruit du tra­vail col­lec­tif », ajoute l’ou­vreur qui ne vou­lait pas ti­rer la cou­ver­ture à lui.

« J’ai su dès lun­di que je joue­rais “10”, ra­conte, Mor­gan Par­ra. C’est un poste que j’ap­pré­cie et très dif­fé­rent de ce­lui du “9” où l’on a une vi­sion plus large du jeu. »

Im­pec­cable dans son jeu au pied, au­teur aus­si d’un sans­faute dans ses ten­ta­tives face aux perches (4 sur 4), il n’a en re­vanche pas eu beau­coup l’oc­ca­sion d’ani­mer le jeu cler­mon­tois. « Le LOU nous a pri­vés de bal­lons. »

En re­vanche, il a été lo­gi­que­ment en manque de re­pères dans les phases dy­na­miques sur le plan dé­fen­sif. « Ce­la a été com­pli­qué sur les re­pla­ce­ments et la cir­cu­la­tion, re­con­nais­sait l’in­té­res­sé. Car, en “9”, on in­ter­vient sou­vent en deuxième ri­deau ou en cas ex­trême. Mais, au­jourd’hui, tous les co­pains ont fait l’ef­fort pour re­ve­nir au­tour. »

Son en­traî­neur sa­luait aus­si la per­for­mance de son ca­pi­taine. « Certes, il a été lo­gi­que­ment en dif­fi­cul­té sur des re­pla­ce­ments et des as­pects tac­tiques. Mais il a été comme d’ha­bi­tude : très gé­né­reux et im­pres­sion­nant en dé­fense en se je­tant dans les jambes de tout le monde, ap­pré­ciait sans mo­dé­ra­tion Franck Azé­ma. Il a été aus­si in­tel­li­gent sur ce choix à la fin… et il a le ca­rac­tère et l’aplomb dans les mo­ments dé­ci­sifs. »

Mais s’il a par­fai­te­ment rem­pli son contrat, Mor­gan Par­ra ne s’ima­gine pas du tout un ave­nir en ou­vreur. « Ce n’était que pour dé­pan­ner », as­su­rai­til avec le sen­ti­ment du de­voir bien ac­com­pli.

DROP. Mal­gré la mon­tée déses­pé­rée et vaine du Lyon­nais Du­rand, Mor­gan Par­ra vient d’ajus­ter le drop qui don­ne­ra la vic­toire à Cler­mont.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.