Faux pas in­ter­dit pour le Stade Au­rilla­cois

Les Can­ta­liens re­çoivent le Biar­ritz Olym­pique sur la pe­louse de Jean­al­ric (14 h 15)

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports - Nour­re­dine Re­gaieg PRO D2

Ce match contre Biar­ritz a tout du match piège. Face à des Biar­rots re­van­chards et en manque de points, le Stade Au­rilla­cois ne de­vra pas se trouer s’il veut res­ter au con­tact, vu que tous ses concur­rents di­rects se sont im­po­sés.

C’était le 22 mai der­nier. Tren­tième et der­nière jour­née de cham­pion­nat. Pour s’as­su­ rer une de­mi­fi­nale à do­mi­cile, le Stade Au­rilla­cois doit à tout prix ga­gner face à une équipe de Biar­ritz qui n’a alors plus rien à jouer. Si cette pe­tite his­toire se conclut par une grande fête pour les Can­ta­liens, elle au­rait tout aus­si bien pu se ter­mi­ner avec des larmes tant le BO a po­sé des pro­blèmes à Au­rillac. Ce jour­là, les Biar­rots n’étaient pas ve­nus à Jean­al­ric pour faire de la fi­gu­ra­tion. Et ils ne re­viennent clai­re­ment pas au­jourd’hui en vic­times ex­pia­toires.

Dé­faits sur la pe­louse d’agui­le­ra juste avant la se­maine de cou­pure par Vannes (23­22) après avoir dé­jà tré­bu­ché à do­mi­cile contre An­gou­lême lors de la 3e jour­née (21­20), les Basques sont clai­re­ment en manque de points et viennent à Au­rillac pour rat­tra­per leur re­tard.

« Ils vont ve­nir ici avec beau­coup d’en­vie, in­siste Je­re­my Da­vid­son. Ils vou­dront à tout prix se re­prendre après leur dé­faite à do­mi­cile contre Vannes. On va de­voir se mé­fier, mon­trer notre meilleur vi­sage et faire une bonne per­for­mance. »

Pas­sés à deux doigts de ra­me­ner les quatre points de la vic­toire d’oyon­nax voi­là deux se­maines, les hommes de Je­re­my Da­vid­son et Thier­ry Peu­chles­trade vont de­voir une nou­velle fois éle­ver leur ni­veau de jeu pour pro­lon­ger leur in­vin­ci­bi­li­té à do­mi­cile.

« On sait que toutes les sé­ries ont une fin, sou­li­ gne le tech­ni­cien ir­lan­dais. Toutes les équipes viennent ici peut­être un peu avec la peur au ventre mais, sur­tout, avec une très grosse en­vie de nous battre. Pour évi­ter que ce­la n’ar­rive, il fau­dra faire preuve d’une grosse ri­gueur à do­mi­cile. »

Au­rillac est pré­ve­nu et s’est pré­pa­ré pour li­vrer une grosse ba­taille. « Biar­ritz est une équipe très dense et très dif­fi­cile à jouer, ana­lyse Da­vid­son. Ils ont une très bonne mê­lée et un très bon bal­lon por­té. Pour ga­gner, il fau­dra être ri­gou­reux, agres­sifs et dis­ci­pli­nés. Il faut ab­so­lu­ment que l’on ar­rive à res­ter à quinze pen­dant tout le match. »

Un peu d’ex­pé­rience et de fraî­cheur

Afin de conti­nuer à res­ter in­vin­cibles à do­mi­cile et à col­ler au pe­lo­ton de tête au sein du­quel tous leurs ad­ver­saires ont ga­gné ce week­end, les Au­rilla­cois de­vront à tout prix réus­sir à im­po­ser leur jeu. Pour ce­la, le Stade pour­ra comp­ter sur les re­tours de joueurs ex­pé­ri­men­tés que sont Maxime Pe­tit­jean, Le­van Da­tu­na­sh­vi­li et Jack Mcp­hee, ain­si que sur la fougue et l’en­vie de Ro­main Briatte.

Cô­té ef­fec­tif, Da­vid­son et Peu­chles­trade sont en­core pri­vés de qua­torze joueurs pour la ré­cep­tion de Biar­ritz (voir par ailleurs). Une si­tua­tion com­plexe mais qui va en­core of­frir une oc­ca­sion à la jeu­nesse au­rilla­coise d’en­gran­ger du temps de jeu et de dé­mon­trer son ta­lent.

Si le groupe se rem­plume un peu, il au­ra quand même fal­lu bri­co­ler un mi­ni­mum, no­tam­ment chez les trois­quarts avec la ti­tu­la­ri­sa­tion de McP­hee à l’aile. Tout sauf un pro­blème…

Biar­ritz ar­rive le cou­teau entre les dents

VI­TESSE. Mal­gré des condi­tions mé­téo qui s’an­noncent dif­fi­ciles, Co­nor Gas­ton et ses co­équi­piers de­vront à tout prix prendre le jeu à leur compte. PHO­TO CH­RIS­TIAN STAVEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.