Un nou­veau pro­cès en ap­pel se pro­file

La sen­tence pro­non­cée, Ber­kane Ma­kh­louf n’ac­cepte ni la peine ni la qua­li­fi­ca­tion de « cri­mi­nel »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Affaire fiona après le verdict - Jean-bap­tiste Le­dys

Me Kha­ni­far, avo­cat de Ber­kane Ma­kh­louf, va in­ter­je­ter ap­pel du ver­dict ren­du ven­dre­di par la cour d’assises du Puy-de-dôme. Son client a été condam­né à vingt ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle pour des coups mor­tels sur Fio­na.

La dé­ci­sion est prise. Elle est ferme. Lun­di après­mi­di, vrai­sem­bla­ble­ment, Me Kha­ni­far la concré­ti­se­ra de ma­nière for­melle : Ber­kane Ma­kh­louf fait ap­pel de sa condam­na­tion.

En en­ten­dant la dé­ci­sion pro­non­cée par la cour d’assises du Puy­de­dôme, ven­dre­di soir, l’ac­cu­sé a re­te­nu le hur­le­ment qui lui mon­tait des tripes. Les juges et les ju­rés ve­naient de le sanc­tion­ner de vingt ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle, pour avoir cau­sé la mort de la pe­tite Fio­na.

La nuit blanche qu’il a pas­sée en dé­ten­tion ne l’a pas ai­dé à se cal­mer. Il n’a pas da­van­tage com­pris la dé­ci­sion. La peine est trop lourde.

Mais sur­tout, il n’ac­cepte pas d’être consi­dé­ré comme un « cri­mi­nel », ayant été condam­né pour des coups mor­tels. « Je veux bien faire de la pri­son, pour le men­songe et pour avoir dis­si­mu­lé le ca­davre, mais pas comme cri­mi­nel d’une en­fant », a­t­il ré­pé­té à son avo­cat, hier matin.

« Ber­kane Ma­kh­louf est as­som­mé par le coup de mas­sue qu’il vient de prendre », ex­plique Mo­ha­med Kha­ni­far.

Reste à sa­voir la po­si­tion que va adop­ter le mi­nis­tère pu­blic. Si le par­quet in­ter­jette un ap­pel in­ci­dent, ce qui est de loin le scé­na­rio le plus pro­bable, Cé­cile Bour­geon et Ber­kane Ma­kh­louf de­vront à nou­veau com­pa­raître de­vant une cour d’assises. Ce pro­ cès, qui pour­rait avoir lieu dans un dé­lai de « dix mois à un an », se­lon Me Kha­ni­far, se tien­drait alors sur l’une des ju­ri­dic­tions du res­sort de la cour d’ap­pel de Riom, mais hors du Puy­de­dôme.

Le par­quet pour­rait in­ter­je­ter un ap­pel in­ci­dent

Si le par­quet s’abs­tient, seul Ber­kane Ma­kh­louf se tien­dra à nou­veau dans le box des ac­cu­sés. Cé­cile Bour­geon ne se­rait alors que té­moin.

Les par­ties ci­viles, au pre­mier rang des­quelles fi­gure Ni­co­las Cha­fou­lais, le père de Fio­na, sou­haitent ce nou­veau pro­cès qu’ils ne peuvent pro­vo­quer sur le plan pé­nal. « Nous es­pé­rons que le mi­nis­tère pu­blic fe­ra ap­pel et qu’il se­ra ca­pable de convaincre et de dé­mon­trer aux ju­rés d’ap­pel la culpa­bi­li­té de Ce­cile Bour­geon », sou­ligne son avo­cat, Me Charles Fri­bourg.

RE­TOUR AUX ASSISES. Mo­ha­med Kha­ni­far (à droite) va faire ap­pel de la condam­na­tion de son client. Me Fri­bourg, avo­cat de Ni­co­las Cha­fou­lais, sou­hai­tait un « match re­tour », sans avoir le pouvoir de le pro­vo­quer en sa qua­li­té de par­tie ci­vile. PHO­TO RÉ­MI DUGNE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.