Une Cler­mon­toise évoque le cli­mat après la mort de Cas­tro

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région actualité -

Ro­mane Fra­chon, Cler­mon­toise d’ori­gine, vit de­puis 2015 à Cuba, où elle est jour­na­liste free­lance.

Elle ra­conte l’am­biance qui règne dans les rues de La Ha­vane quelques heures après l’an­nonce de la mort de Fi­del Cas­tro.

« Éton­nam­ment, les rues sont très tran­quilles. Il n’y a pas de ma­ni­fes­ta­tions, pas non plus de po­li­ciers ou de mi­li­taires. Les gens sont plu­tôt tristes, c’est comme s’ils se ré­veillaient d’un mau­vais rêve. Ils ont ap­pris la nou­velle à mi­nuit ici, cer­tains d’entre eux n’ont pas dor­mi, d’autres ne sont pas al­lés tra­vailler. Un deuil na­tio­nal de neuf jours com­mence ici. Si­non, la vie est nor­male ».

« Fi­del Cas­tro a été in­ci­né­ré dès 8 heures ce matin, en pri­vé, ajoute la jour­na­liste. Le 4 dé­cembre, une cé­ré­mo­nie au­ra lieu à San­tia­go de Cuba, à l’est du pays. Énor­mé­ment de gens y sont at­ten­dus, puisque des bus de La Ha­vane vont être af­fré­tés pour al­ler, pour faire du nombre. De nom­breux di­ri­geants d’amé­rique la­tine ont dé­jà an­non­cé leur ve­nue, comme Ni­co­las Ma­du­ro, le pré­sident du Ve­ne­zue­la ».

DEUIL NA­TIO­NAL. « Les gens sont plu­tôt tristes », sou­ligne la Cler­mon­toise Ro­mane Fra­chon. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.