Icône de la Ré­pu­blique à tra­vers l’histoire

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Agglomération grande limagne -

L’his­to­rienne Fran­çoise Fer­nan­dez a une nou­velle fois été in­vi­tée par l’as­so­cia­tion REPLIC à don­ner une confé­rence, cette fois sur « Ma­rianne quels sym­boles pour quelle Ré­pu­blique ? », mer­cre­di soir à la salle voû­tée. Comme d’ha­bi­tude, elle a cap­ti­vé son au­di­toire, par ses ta­lents d’ora­trice mais aus­si la ri­gueur de sa pré­sen­ta­tion, très do­cu­men­tée.

Son in­té­rêt pour le su­jet, a­t­elle ex­pli­qué, lui a été trans­mis par deux pas­sion­nés qui ont dé­cou­vert la di­ver­si­té des Ma­rianne et des sta­tues re­pré­sen­tant la Ré­pu­blique en France : Mau­rice Agul­hon, his­to­rien, émi­nent spé­cia­liste de la sym­bo­lique ré­pu­bli­caine ; et… Pierre Bonte, cé­lèbre jour­na­liste qui ar­pen­ta la France avec son émis­sion « Bon­jour Mon­sieur le maire ».

His­to­ri­que­ment, c’est en 1792, après la Ré­vo­lu­tion, que les sym­boles de la royau­té (sta­tues, fleur de lys, etc.) sont ban­nis par le peuple, et peu à peu rem­pla­cés par d’autres em­blèmes, comme le dra­peau tri­co­lore et l’al­lé­go­rie de Ma­rianne. Se­lon une des thèses avan­cées, le pré­nom fé­mi­nin, en ré­fé­rence à la Ré­pu­blique et la Pa­trie, s’est im­po­sé et re­pré­ sente la contrac­tion de deux pré­noms po­pu­laires en vogue à l’époque : Ma­rie et Anne.

L’his­to­rienne en a en­suite ex­pli­qué les at­tri­buts : bon­net phry­gien, cou­ronne de lau­riers, lance, fais­ceau, coq, étoile, ailes d’ange, etc. Ils gardent une si­gni­fi­ca­tion se rap­por­tant aux va­leurs in­trin­sèques de la Ré­pu­blique (li­ber­té, éga­li­té. fra­ter­ni­té).

Ma­rianne fi­gure sur de mul­tiples supports : timbres, pièces, do­cu­ments, etc. Des cé­lé­bri­tés (par­fois contro­ver­sées) ont ser­vi de mo­dèles : telles Ca­the­rine De­neuve, Bri­gitte Bar­dot, Lae­ti­tia Cas­ta, etc.

Plu­sieurs sculp­teurs ou peintres clas­siques (comme Delacroix) ont sym­bo­li­sé la Ré­pu­blique en fi­gu­ rant Ma­rianne ; et les ca­ri­ca­tu­ristes de presse n’ont pas man­qué de s’en em­pa­rer (comme Plan­tu re­pre­nant le ta­bleau de La Li­ber­té gui­dant le Peuple), mais aus­si les ano­nymes (on en vit dans les ma­ni­fes­ta­tions après l’at­ten­tat à Char­lie Hebdo). Plus que ja mais, sa sta­tue de la place de la Ré­pu­blique à Paris est à l’épi­centre : c’est là que la foule ré­af­firme et clame son par­tage des va­leurs com­munes.

Le pu­blic conquis par cette pas­sion­nante confé­rence a en­suite ob­ser­vé de près quelques bustes de Ma­rianne ap­por­tés par Fran­çoise Fer­nan­dez qui re­vien­dra l’an pro­chain sur un autre su­jet.

La pro­chaine confé­rence, le 31 jan­vier, por­te­ra sur le ther­ma­lisme.

CON­FÉ­REN­CIÈRE. Fran­çoise Fer­nan­dez a étu­dié l’ico­no­gra­phie ré­pu­bli­caine à tra­vers les bustes de Ma­rianne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.