Lieu’to­pie prend soin des étu­diants

L’as­so­cia­tion étudiante Lieu’to­pie pense à la san­té des pen­sion­naires des am­phis cler­mon­tois : bien­tôt une épi­ce­rie so­li­daire et dé­jà un jar­din po­ta­ger pour se nour­rir sai­ne­ment, lo­ca­le­ment et sans se rui­ner.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Mag Dimanche - Na­tha­lie Van Praagh na­tha­lie.van­praagh@cen­tre­france.com

Com­bien d’étu­diants ont­ils lais­sé des plumes, jus­qu’à hy­po­thé­quer leur ave­nir, en tra­vaillant comme des beaux diables pour man­ger à leur faim ou en se nour­ris­sant mal ? Avec l’épi­ce­rie so­li­daire, l’as­so­cia­tion étudiante cler­mon­toise Lieu’to­pie veut of­frir à tous sans ex­cep­tion de quoi bien s’ali­men­ter, équi­li­bré et à moindre coût, pour ren­for­cer sa ma­tière grise et ne pen­ser qu’à ses études.

« Un re­pas par­ta­gé à l’oc­ca­sion ou une soupe, c’est fa­cile. Mais trou­ver des cir­cuits courts de qua­li­té et ré­gu­liers, c’est une autre paire de manches », sti­pule Geof­frey Vo­lat, à l’ori­gine de l’as­so­cia­tion en dé­cembre 2013 avec cinq condis­ciples en Éco­no­mie so­ciale et so­li­daire.

« Nous pen­sons pro­po­ser une va­rié­té d’une ving­taine de fruits et de lé­gumes sains, pro­duits lo­ca­le­ment, mais aus­si du vrac pour li­mi­ter les em­bal­lages et des pro­duits d’hy­giène sans per­tur­ba­teurs en­do­cri­niens », ren­seigne Laure Gar­da­rin, la sa­la­riée de Lieu’to­pie. Les prix de­vraient s’af­fi­cher à 25 % du prix usuel.

Des fruits et des lé­gumes de qua­li­té au­tour de 25 % de leur prix usuel

Un pre­mier tour de piste cette an­née avec Max et Lu­cie, épi­ce­rie en ligne de pro­duits lo­caux, s’est ré­vé­lé concluant. Les pa­niers, es­tam­pillés agri­cul­ture pay­sanne ou bio, partent comme des pe­tits pains : « En quelque mois, nous sommes pas­sés d’une di­zaine par se­maine à une cen­taine », note Laure.

Dans cette en­tre­prise, me­née avec la Fé­dé­ra­tion des étu­diants d’au­vergne, le col­lec­tif a trou­vé un ap­pui de taille : le Ser­vice de san­té uni­ver­si­taire, dont la sub­ven­tion di­mi­nue de 2 € le prix du pa­nier. Au­jourd’hui, les aides pro­gressent en pro­ve­nance du ma­ga­sin bio l’eau Vive (des fruits et lé­gumes gra­tuits et un chèque de 200 €), de la Ma­cif (7.000 €), de la banque en ligne Mo­na­banq (1.300 €). « La phi­lan­thro­pie, le mé­cé­nat ne sont pas des vains mots dans le champ de l’éco­no­mie so­ciale et so­li­daire. Nous par­ta­geons une même phi­lo­so­phie qui ren­force les le­viers fi­nan­ciers », s’en­thou­siasme Geof­frey Vo­lat.

L’as­so­cia­tion étudiante a pi­gnon sur rue, ni­chée dans le vieux Cler­mont, rue Ab­bé Gi­rard, der­rière le Conser­va­toire de mu­sique et de danse. L’épi­ce­rie pren­dra place, dès jan­vier, dans ce lieu de vie so­li­daire et cul­tu­rel où l’on peut cui­si­ner, net­toyer son linge, boire une ti­sane, échan­ger son car­net d’adresses, ses bons plans et re­faire le monde entre deux ac­cords de gui­tare et trois clics sur in­ter­net.

Les lieux pour­raient ra­pi­de­ment pro­po­ser des pro­duits « mai­son », is­sus du jar­din po­ta­ger que les étu­diants cultivent sur un ar­pent de terre des Cé­zeaux, à trois mi­nutes de l’ar­rêt du tram­way. Le Popart, jar­din po­ta­ger de « Graine de cam­pus » (*), est tra­vaillé avec les ou­tils de l’agroé­co­lo­gie et offre la pos­si­bi­li­té à tous les usa­gers de la fac de se­mer, plan­ter et ré­col­ter li­bre­ment le fruit de leur la­ beur. Une en­tre­vue avec le pré­sident de l’uni­ver­si­té Blaise Pascal « laisse en­tre­voir des em­plois étu­diants pour épau­ler les bé­né­voles et contri­buer à ali­men­ter l’épi­ce­rie », se ré­jouit Geof­frey Vo­lat.

« C’est un su­per ter­rain d’ex­pé­ri­men­ta­tion », ren­ché­rit Ré­mi Gue­hen­neux, en li­cence pro Éco­no­mie so­ciale et so­li­daire. « Les étu­diants ne se rendent pas compte de leur chance ! », pour­suit­il. « Je suis Bre­ton, j’ai étu­dié à Rennes. Il n’existe pas un lieu équi­valent. Ce­la fait deux mois et de­mi que je suis là et j’ai l’im­pres­sion de connaître tout le monde. J’ai bien en­vie de res­ter ici l’an pro­chain. »

(*) Pro­jet por­té par Lieu’to­pie et deux autres as­so­cia­tions étu­diantes cler­mon­toises : ADNA (As­so­cia­tion des na­tu­ra­listes d’au­vergne), Et Puy de l’air. Il est sou­te­nu par le Ser­vice uni­ver­si­té culture et com­porte aus­si un jar­din pé­da­go­gique (l’ache­mille) et un ver­ger conser­va­toire.

Lieu’to­pie. 22, rue Ab­bé Gi­rard, à Cler­mont-fer­rand. Ou­vert du lun­di au ven­dre­di de 16 heures à 22 heures. Tél. 07.82.21.31.40 ; contact@lieu­to­pie.org, fa­ce­book.com/lieu­to­pie

PO­TA­GER. L’épi­ce­rie pro­fi­te­ra des ré­coltes du jar­din culti­vé en agroé­co­lo­gie par les étu­diants. PHO­TO CLÉ­MENT SAL­MON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.