Valls n’ex­clut pas d’af­fron­ter Hol­lande !

Le Pre­mier mi­nistre pousse en­core un peu plus ses pions

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités -

Ma­nuel Valls ac­cen­tue en­core la pres­sion sur Fran­çois Hol­lande pour la pré­si­den­tielle de 2017. Il n’ex­clut pas, dans un en­tre­tien au « Jour­nal du Di­manche », d’être can­di­dat face à lui lors de la pri­maire du PS.

Le Pre­mier mi­nistre pour­rait­il être can­di­dat à la pri­maire face au chef de l’état, hy­po­thèse qu’a évo­quée, hier, le pré­sident de l’as­sem­blée na­tio­nale Claude Bar­to­lone ? « Cha­cun doit me­ner ses ré­flexions en res­pon­sa­bi­li­té. Je pren­drai ma dé­ci­sion en conscience. Quoi qu’il ar­rive, le sens de l’état m’ani­me­ra tou­jours », ré­pond Ma­nuel Valls au JDD.

« C’est une ques­tion de jours », a pré­ci­sé le Pre­mier mi­nistre alors que les can­di­dats à la pri­maire du PS ont jus­qu’au 15 dé­cembre pour se dé­cla­rer.

« Face au désar­roi, au doute, à la dé­cep­tion, à l’idée que la gauche n’a au­cune chance, je veux cas­ser cette mé­ca­nique qui nous condui­rait à la dé­faite », pour­suit Ma­nuel Valls, alors qu’on lui de­mande si une can­di­da­ture de Fran­çois Hol­lande pour­rait créer une dy­na­mique…

« La loyau­té n’ex­clut pas la fran­chise. Force est de consta­ter qu’au cours de ces der­nières se­maines, le contexte a chan­gé. La pa­ru­tion du livre de confi­dences (Un pré­sident ne de­vrait pas dire ça, NDLR) a créé un pro­fond désar­roi à gauche. Comme chef de la ma­jo­ri­té, ma res­pon­sa­bi­li­té est donc de te­nir compte de ce cli­mat », in­siste­t­il.

« Toute can­di­da­ture doit in­té­grer le rap­port avec les Fran­çais, avec la gauche, avec notre fa­mille po­li­tique. Toute dé­ci­sion qui fe­rait fi de ces trois di­men­sions ap­pa­raî­trait comme ban­cale ou fra­gile. Me concer­nant, j’in­tègre en per­ma­nence ces trois élé­ments », a pour­sui­vi le Pre­mier mi­nistre.

Des pro­pos qui peuvent être in­ter­pré­tés comme un « avis dé­fa­vo­rable » don­né à la can­di­da­ture de Fran­çois Hol­lande, avec entre les lignes cet aver­tis­se­ment : « S’il se pré­sente, je peux me pré­sen­ter aus­si ».

Dans la jour­née d’hier, le pré­sident PS de l’as­sem­blée Claude Bar­to­lone, consta­tant que « de­puis main­te­nant 15 jours il semble y avoir un dé­bat entre le pré­sident de la Ré­pu­blique et le Pre­mier mi­nistre » sur la ques­tion de la can­di­da­ture à la pré­si­den­tielle, avait ou­ver­te­ment ap­pe­lé à l’af­fron­te­ment des deux têtes de l’exé­cu­tif lors de la pri­maire or­ga­ni­sée par le PS fin jan­vier. Et ce­la alors même que se mur­mure l’idée que le chef de l’état pour­rait ten­ter de contour­ner l’obs­tacle en se pré­sen­tant di­rec­te­ment de­vant les Fran­çais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.