Unai Eme­ry, à Lyon pour im­po­ser sa griffe

Les Pa­ri­siens se dé­placent chez les Lyon­nais, ce soir (20 h 45)

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports l'actu nationale -

La mayon­naise Eme­ry es­telle en train de prendre ? L’en­traî­neur pa­ri­sien a rem­por­té un pre­mier pa­ri en Ligue des cham­pions avec un nul plu­tôt pro­bant à Ar­se­nal, mais il a un vi­rage ser­ré à né­go­cier en L1 : un dé­pla­ce­ment à Lyon sou­vent pé­rilleux pour le PSG.

Cette rencontre se­ra « un autre grand test », juge ain­si le tech­ni­cien es­pa­gnol. « C’est un match très dif­fi­cile. Je veux une équipe qui joue en­semble, avec la même men­ta­li­té que mer­cre­di à Londres, c’est très im­por­tant de conti­nuer cette pro­gres­sion », in­siste Eme­ry.

Evi­te­ra­t­il le piège ? C’est simple, sous l’ère Laurent Blanc, le club de la ca­pi­tale ne s’est ja­mais im­po­sé à Lyon en cham­pion­nat. C’est d’ailleurs là que le to­ni­truant PSG de la sai­son der­nière en L1 avait chu­té pour la pre­mière fois en fé­vrier der­nier 2­1.

Ce se­rait donc un pe­tit pied de nez si Unai Eme­ry fai­sait mieux pour son bap­tême dans le Rhône et confir­mait les es­poirs nés du dé­pla­ce­ment à Ar­se­nal quatre jours plus tôt. 2­2 à l’emi­rates, Paris pou­vait sans doute ob­te­nir en­core mieux, mais le ré­sul­tat lui per­met d’être en po­si­tion idéale pour ter­mi­ner en tête de sa poule de Ligue des cham­pions et abor­der avec un peu plus de confiance les 8es de fi­nale.

Sur la pe­louse lon­do­nienne, on a cru en­tre­voir, sur­tout dans le deuxième acte, ce à quoi pour­rait res­sem­bler un PSG « Eme­ry conver­ti ». Ce fa­meux jeu plus di­rect et ver­ti­cal, à l’image du Bré­si­lien Lu­cas, qui a fait ou­blier ses étin­celles sans len­de­main des sai­sons pas­sées pour se faire bu­teur ou presque, avec sa tête dé­viée dans le but an­ glais par le mal­heu­reux Iwo­bi. Le même Lu­cas qui a of­fert en fin de par­tie des balles de match à Edin­son Ca­va­ni, que l’uru­guayen n’a pas su sai­sir.

Paris de­vra com­po­ser sans Lay­vin Kur­za­wa, en­core trop juste après sa pu­bal­gie, An­gel Di Ma­ria, tou­jours gê­né par sa cuisse, Ja­vier Pas­tore (ge­nou) et Adrien Ra­biot (cuisse).

La ma­lé­dic­tion La­ca­zette

Cô­té lyon­nais, Alexandre La­ca­zette doit bri­ser une ma­lé­dic­tion. Le pro­li­fique bu­teur de L’OL n’a pa­ra­doxa­le­ment ja­mais mar­qué contre le PSG en Ligue 1. Ven­dre­di, il a sou­li­gné com­bien la vic­toire de son club à sept lon­gueurs du PSG, 3e, était in­dis­pen­sable pour « rat­tra­per les autres équipes de tête ».

L’autre in­ter­ro­ga­tion concerne Ma­thieu Val­bue­na. Le mi­lieu de ter­rain of­fen­sif va­t­il en­chaî­ner avec une deuxième ti­tu­la­ri­sa­tion, fort de sa pres­ta­tion glo­ba­le­ment convain­cante contre le Di­na­mo Za­greb en Ligue des cham­pions ?

LU­CAS. Le Bré­si­lien, dont la pres­ta­tion a été très re­mar­quée face à Ar­se­nal, est un sym­bole du jeu vou­lu par Eme­ry.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.