Ce se­ra sans lui

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 joursfrea n np ce & ol itiqmuoende actualités - Jean-charles Sain­tonge

Quel sens don­ner à la dé­ci­sion de Fran­çois Hol­lande de ne pas se re­pré­sen­ter en 2017 ? Le por­tu­gais Pú­bli­co es­time qu’« il évite ain­si une guerre fra­tri­cide avec Ma­nuel Valls et tente de don­ner une im­pul­sion à l’uni­té de la gauche ». Mais il n’a pas échap­pé au suisse Le Temps qu’il a aus­si ap­pe­lé au ras­sem­ble­ment de « tous les pro­gres­sistes ». Il y voit « un pos­sible clin d’oeil à son an­cien mi­nistre de l’éco­no­mie, Em­ma­nuel Ma­cron, qui lorgne ou­ver­te­ment vers le centre ». Com­ment en est-il ar­ri­vé à ce dé­sis­te­ment ? « Plus que tout autre pré­sident, Hol­lande a es­sayé de jouer la carte de la trans­pa­rence », ana­lyse le bri­tan­nique The Guar­dian, mais sans ja­mais com­bler « le fos­sé de com­mu­ni­ca­tion entre lui et les Fran­çais. Pour leur faire com­prendre ses ob­jec­tifs et, en re­tour, leur don­ner le sen­ti­ment qu’il les com­pre­nait ». En fait, as­sène le bar­ce­lo­nais La Van­guar­dia, les Fran­çais n’aiment pas les « pré­si­dents nor­maux ». Il juge que la plus grande er­reur de Hol­lande est d’avoir tou­jours op­té pour « le confort des de­mi-teintes ». « Mortelle nor­ma­li­té », titre-t-il. Dans les com­men­taires, le ma­dri­lène El País a no­té le contraste entre « la ma­jo­ri­té des po­li­tiques qui ont sa­lué un “geste digne” » et Fillon et Le Pen « qui ont avant tout sou­li­gné les as­pects né­ga­tifs de la dé­marche du chef de l’état ». Pour le Frank­fur­ter Rund­schau, qui re­prend des propos de Mi­chel Sa­pin, les cinq mois à ve­nir ap­pellent des dé­ci­sions im­por­tantes. « En re­non­çant à se re­pré­sen­ter, Hol­lande se donne des marges de ma­noeuvre », écrit-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.