Le par­cours des en­fants aban­don­nés

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Clermont vivre sa ville -

Au XIXE siècle, les en­fants (le plus sou­vent en bas-âge), trou­vés dans les villes, étaient pla­cés par l’as­sis­tance pu­blique à la cam­pagne, dans des fa­milles d’ac­cueil contre ré­tri­bu­tion. Ar­ri­vés à l’âge de tra­vailler (c’est à dire entre 10 et 12 ans), ils sont mis en ap­pren­tis­sage chez un ar­ti­san ou un com­mer­çant. Ils peuvent aus­si ser­vir de com­mis dans les fermes. Ils y sont sou­vent ex­ploi­tés, voire mal­trai­tés. La pro­cé­dure d’adop­tion des en­fants aban­don­nés par des fa­milles tierces ne date que de 1923 et trouve son abou­tis­se­ment en 1939 avec une dis­po­si­tion qui per­met de pra­ti­quer la « lé­gi­ti­ma­tion adop­tive », rom­pant avec la fi­lia­tion ori­gi­nelle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.