Die­fen­thal et Es­saï­di tournent dans le San­cy

Pour France 3, la col­lec­tion de « Meurtres » se pour­suit en Au­vergne, dans la ré­gion de Besse

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - La une - Vé­ro­nique La­coste-met­tey ve­ro­nique.met­tey@cen­tre­france.com

Le lac Pa­vin et le mys­tère qui l’en­toure sont au coeur des dis­cus­sions après la dé­cou­verte d’un ca­davre. La scène de ce Meurtres en Au­vergne a été tour­née jeu­di avec une équipe d’une cin­quan­taine de per­sonnes par­mi les­quelles l’ac­teur Fré­dé­ric Die­fen­thal et So­fia Es­saï­di.

La vic­time n’est pas belle à voir. Tu­mé­fiée, du sang et des feuilles sur le vi­sage et les mains. C’est ce que viennent de dé­cou­vrir le ca­pi­taine de gen­dar­me­rie Bru­no Ro­ma­gnat (Fré­dé­ric Die­fen­thal) et son lieu­te­nant Aurélie Le­faivre (So­fia Es­saï­di), sur les bords du lac Pa­vin, au­des­sus de Besse. Cette scène de Meurtres en Au­vergne s’est tour­née jeu­di, sous un so­leil ra­dieux. On cherche une sorte de tueur en sé­rie dans le San­cy, ex­plique Thier­ry Bi­nis­ti, le réa­li­sa­teur. Un jus­ti­cier de Dieu qui rôde du cô­té du lac Pa­vin et s’ins­pire de sa lé­gende où l’on dit que le diable en­glou­tis­sait les pê­cheurs.

« J’ai pris beau­coup de temps à cher­cher les lieux », pour­suit le ci­néaste, qui ne connais­sait l’au­vergne que pour avoir, en­fant, fait une ran­don­née avec son école pa­ri­sienne jus­qu’au som­met du puy de Dôme. « J’ai ex­plo­ré, sillon­né toute la ré­gion. Nous avons choi­si les en­droits les plus beaux, les plus mys­té­rieux, les plus in­tri­gants. Besse et ses pierres noires ; le Pa­vin et sa pro­fon­deur in­son­dable ».

Jeu­di, des di­zaines de voi­tures, ca­mions, vé­hi­cu­ les de gen­dar­me­rie et de l’iden­ti­té ju­di­ciaire étaient ga­rés aux abords du lac. Une bonne cin­quan­taine de per­sonnes, tech­ni­ciens, fi­gu­rants, sil­houettes s’af­fai­raient à quelque 300 mètres de l’hô­tel du lac là où, sur un ro­cher cou­vert de feuilles et de mousse, les deux hé­ros viennent de dé­cou­vrir le corps sans vie d’un homme. Entre deux prises, la ma­quilleuse rec­ti­fie les plaies, tan­dis que le « ca­davre », cou­ché sur le dos, ne doit pas avoir très chaud. Un peu plus haut, un gen­darme de l’iden­ti­té cri­mi­nelle prend des photos. C’est Yan­nick qui vit ici son pre­mier tour­nage. « Ce sont des amies qui m’ont en­traî­né au cas­ting », ra­conte cet ha­bi­tant de Condat­en­fe­niers, dans le Can­tal. De nom­breux fi­gu­rants sont ori­gi­naires du coin. Au cô­té de Yan­nick, Phi­lippe at­tend le si­gnal. Avec son quad, il trans­porte le ma­té­riel du lieu de tour­nage, in­ac­ces­sible en voi­ture, jus­qu’aux ca­mions. Son fils, qui est lui aus­si des en­vi­rons de Besse ap­porte sa contri­bu­tion lo­gis­tique sur le film. À cô­té des lo­caux, ils sont une bonne qua­ran­taine de Pa­ri­siens à s’être ins­tal­lés dans les hô­tels de Besse et les gîtes alen­tours. Le tour­nage de­vrait se ter­mi­ner le 22 dé­cembre. Les en­quê­teurs au­ront trou­vé le cou­pable. Quant à nous, nous de­vrons at­tendre cou­rant 2017 pour, en­fin, connaître le dé­noue­ment de cette mys­té­rieuse his­toire.

PRISE. Bru­no Ro­ma­gnat et Aurélie Le­fèvre viennent de dé­cou­vrir un ca­davre sur un ro­cher au bord du lac. PHOTOS JEAN-LOUIS GORCE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.