La condi­tion d’ai­dant face aux obli­ga­tions

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Agglomération tiretaine/chaîne des puys -

Le pro­chain Ca­fé des ai­dants, qui se dé­rou­le­ra mar­di 13 dé­cembre, à 14 h 30, à l’es­pace ré­créa­tif, sous le ca­si­no, per­met­tra de sa­voir comment conci­lier vie d’ai­dant et vie pro­fes­sion­nelle, un thème qui s’adresse à tous car même re­trai­té, on peut fort bien avoir des ac­ti­vi­tés contrai­gnantes.

En tout cas, on sait que 47 % des ai­dants ont une ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle soit un sa­la­rié sur dix en France, sans comp­ter les ar­ti­sans et les TPE.

L’ai­dant a sou­vent ten­dance à sa­cri­fier sa car­rière et ses re­pos en uti­li­sant ses congés pour s’oc­cu­per de l’être cher. Or, ex­plique Marc Fer­re­ro (psy­cho­logue res­pon­sable na­tio­nal des ca­fés des ai­dants) « les avan­cées pour les ai­dants res­tent en­core em­bryon­naires quand nous met­tons en face de celles­ci le coût que né­ces­si­te­rait une prise en charge des ai­dés par des soi­gnants… Être confron­té aux in­ca­pa­ci­tés de son proche, l’ac­com­pa­gner jour après jour, c’est une vie qui bas­cule et qui en­traîne des consé­quences dans tous les do­maines de la vie d’ai­dant ».

Certes, des pro­grès ont été faits, mais ils res­tent in­suf­fi­sants : la loi ASV (adap­ta­tion de la so­cié­té au vieillis­se­ment) com­porte des as­pects in­té­res­sants que l’on se pro­pose de dé­ ve­lop­per lors de ce ca­fé des ai­dants.

Di­vers congés existent pour les ai­dants (congé de sou­tien fa­mi­lial, congé de proche ai­dant, le congé de so­li­da­ri­té fa­mi­liale, congé de pré­sence pa­ren­tale), mais d’autres dis­po­si­tions lé­gales doivent com­plé­ter le dis­po­si­tif.

La prise de conscience est en marche, et il est des sa­la­riés dont la condi­tion d’ai­dant peut être re­con­nue par l’em­ployeur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.