Pro­lon­gé jus­qu’au 15 juillet pour sé­cu­ri­ser les élec­tions

Dix­sept at­ten­tats dé­joués de­puis le dé­but de l’an­née et plus de 500 per­sonnes in­ter­pel­lées

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités - Res­pon­sa­bi­li­té du gou­ver­ne­ment. Le Con­seil des mi­nistres a éga­le­ment au­to­ri­sé Bernard Ca­ze­neuve à en­ga­ger la res­pon­sa­bi­li­té de son gou­ver­ne­ment de­vant l’as­sem­blée na­tio­nale sur la dé­cla­ra­tion de po­li­tique gé­né­rale qu’il pro­non­ce­ra, mar­di, à par­tir de 15 h

Le Con­seil des mi­nistres a adop­té, hier, avant son exa­men au par­le­ment, le pro­jet de loi pro­lon­geant jus­qu’au 15 juillet 2017 l’état d’ur­gence en vi­gueur de­puis les at­ten­tats du 13 no­vembre, pour « en­glo­ber l’en­semble des opé­ra­tions élec­to­rales » de la pré­si­den­tielle et des lé­gis­la­tives.

Le gou­ver­ne­ment va donc de­man­der au par­le­ment de « re­con­duire l’état d’ur­gence pour sept mois sup­plé­men­taires, jus­qu’au 15 juillet pré­ci­sé­ment », a dé­cla­ré, hier, le Pre­mier mi­nistre Bernard Ca­ze­neuve, à l’is­sue d’un Con­seil des mi­nistres ex­cep­tion­nel.

« Au cours des mois qui sont de­vant nous, notre pays a un ren­dez­vous dé­mo­cra­tique im­por­tant avec l’élec­tion pré­si­den­tielle et les élec­tions lé­gis­la­tives du prin­temps pro­chain », a­t­il rap­pe­lé dans la cour de l’élysée, en­tou­ré des mi­nistres de l’in­té­rieur, Bru­no Le Roux, et de la Jus­tice, Jean­jacques Ur­voas.

« Cette pé­riode de cam­pagne élec­to­rale, qui se­ra na­tu­rel­le­ment mar­quée par de nom­breuses réunions pu­bliques et ras­sem­ble­ments, peut aus­si consti­tuer mal­heu­reu­se­ment un contexte de risque d’at­ten­tat ac­cru pour ceux qui veulent frap­per au coeur nos va­leurs dé­mo­cra­tiques et nos prin­cipes ré­pu­bli­cains », a mis en garde l’an­cien mi­nistre de l’in­té­rieur. « Il ap­pa­raît donc né­ces­saire aux yeux du gou­ver­ne­ment d’en­glo­ber la pé­riode com­plète des opé­ra­tions élec­to­rales », a ex­pli­qué Bernard Ca­ze­neuve.

« Deuxiè­me­ment, en pla­çant la date d’échéance au­de­là des élec­tions, nous per­met­tons au pré­sident de la Ré­pu­blique et au Par­le­ment qui se­ront is­sus des pro­chaines élec­tions d’avoir le temps né­ces­saire pour ap­pré­cier la si­tua­tion avant de se pro­non­cer sur une éven­tuelle pro­lon­ga­tion sup­plé­men­taire », a­til pour­sui­vi.

À quatre re­prises dé­jà

Le texte de­vrait être dé­bat­tu, mar­di, à l’as­sem­blée, et jeu­di, au Sé­nat. L’état d’ur­gence, dé­cré­té par Fran­çois Hol­lande, le 13 no­vembre 2015, a été pro­lon­gé de­puis à quatre re­prises par le par­le­ment, la der­nière fois après l’at­ten­tat du 14 juillet, sur la pro­me­nade des An­glais, à Nice.

Sa ca­du­ci­té était au­to­ma­tique quinze jours après la dé­mis­sion du gou­ver­ne­ment de Ma­nuel Valls. Le pro­jet de loi adop­té sa­me­di ins­taure une dé­ro­ga­tion à cette dis­po­si­tion pour la pé­rio­ de élec­to­rale à ve­nir. L’élec­tion pré­si­den­tielle est pro­gram­mée les 23 avril et 7 mai 2017, les lé­gis­la­tives les 11 et 18 juin.

Se­lon Bernard Ca­ze­neuve, l’état d’ur­gence a « am­ple­ment dé­mon­tré son ef­fi­ca­ci­té » avec « 4.194 per­qui­si­tions, plus de 517 in­ter­pel­la­tions, 434 gardes à vue et la sai­sie de près de 600 armes dont 77 armes de guerre ». « De­puis le dé­but de l’an­née 2016, 17 at­ten­tats avaient été dé­joués, 420 in­di­vi­dus en lien avec une or­ga­ni­sa­tion ter­ro­riste avaient été in­ter­pel­lés sur notre sol », a­t­il énu­mé­ré.

EF­FI­CA­CI­TÉ. « Dé­mon­trée ». AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.