Le re­tour des « vi­gnettes »

Une sé­rie de me­sures an­non­cée pour les au­to­mo­bi­listes

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités - Mor­ta­li­té. La pol­lu­tion de l’air cause en­core 48.000 dé­cès pré­ma­tu­rés dans le pays, que ce soit par can­cers ou af­fec­tions res­pi­ra­toires, se­lon l’agence San­té pu­blique France.

Le gou­ver­ne­ment a pré­sen­té, hier, de nou­velles me­sures pour amé­lio­rer la qua­li­té de l’air, dont un coup de pouce aux taxis et vé­hi­cules uti­li­taires propres, après un pic de pol­lu­tion in­édit de­puis dix ans qui rap­pelle l’ur­gence à agir.

Plon­gés pen­dant 10 jours dans un nuage de pol­lu­tion, Pa­ris – mais aus­si le Nord ou Rhône­alpes – de­vraient conti­nuer à voir bais­ser les concen­tra­tions de par­ti­cules émises no­tam­ment par le tra­fic au cours de ce week­end, à la fa­veur d’une lé­gère re­prise du vent.

Pour au­tant « on ne s’at­tend pas non plus à une chute ra­pide des par­ti­cules : nous au­rons en­core des concen­tra­tions éle­vées », bien qu’en­de­ça des seuils d’alerte, ajoute l’agence de sur­veillance de la qua­li­té de l’air en ré­gion pa­ri­sienne.

Les pics de pol­lu­tion sont « un pro­blème pris au sé­rieux par le gou­ver­ne­ment », a as­su­ré, hier, dans la cour de l’élysée, la mi­nistre de l’en­vi­ron­ne­ment, Sé­go­lène Royal, qui a aus­si rap­pe­lé « l’im­pact dé­sas­treux de la pol­lu­tion au quo­ti­dien ».

Par­mi les me­sures an­non­cées en Con­seil des mi­nistres, fi­gure l’ex­ten­sion aux uti­li­taires lé­gers et aux taxis de la prime de conver­sion – ou­verte de­puis avril 2015 aux par­ti­cu­liers – de 10.000 eu­ros, pour ache­ter un vé­hi­cule élec­trique. Autre me­sure, le re­cours plus sys­té­ma­tique aux « cer­ti­fi­cats qua­li­té de l’air », ces vi­gnettes de six cou­leurs dif­fé­rentes se­lon le ni­veau de pol­lu­tion du vé­hi­cule (du vert, pour les voi­tures les plus « propres », au gris, pour les plus pol­luantes).

Les pré­fets pour­ront, en cas de pic, res­treindre le tra­fic en fonc­tion du ni­veau d’émis­sion des vé­hi­cules, et non plus seule­ment sur la base des plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion (pairs/im­pairs).

En re­vanche pour ce qui est d’ins­tau­rer au quo­ti­ di­en des li­mi­ta­tions d’ac­cès, no­tam­ment dans les centres­villes, ce­la reste du res­sort des col­lec­ti­vi­tés, comme le per­met la loi de­puis 2015. À ce stade, seules Pa­ris et Gre­noble l’ont fait (Pa­ris pour une zone à cir­cu­la­tion res­treinte ins­tau­rée dès le 16 jan­vier, Gre­noble en cas de pics).

Sé­go­lène Royal en a d’ailleurs ap­pe­lé, hier, aux élus lo­caux : « Ce qu’il faut main­te­nant, c’est la ré­vo­lu­tion du trans­port propre, des villes res­pon­sables, les maires doivent te­nir bon ! », a dit la mi­nistre, que l’on a ce­pen­dant peu en­ten­due cette se­maine tan­dis qu’à Pa­ris, droite et gauche s’af­fron­taient sur la cir­cu­la­tion al­ter­née ins­tau­rée pen­dant quatre jours.

« Ce n’était pas la peine de par­ti­ci­per aux po­lé­miques. Et puis j’ai don­né le pou­voir aux élus. Il ne suf­fit pas que l’état fasse quelque chose na­tio­na­le­ment : il faut aus­si les col­lec­ti­vi­tés, les en­tre­prises, et tout un cha­cun », a­t­elle ajou­té.

10.000 eu­ros pour un vé­hi­cule élec­trique

ÉCHAP­PE­MENT. Les pré­fets pour­ront, en cas de pic, res­treindre le tra­fic en fonc­tion du ni­veau d’émis­sion des vé­hi­cules. AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.