Pas rose

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 joursfrea n np ce & ol itiqmuoende actualités - Claude Lesme

Dans le dur, après la re­non­cia­tion de Hol­lande et la can­di­da­ture de Valls, la pri­maire de la gauche et ses re­bon­dis­se­ments vont faire de l’ombre pen­dant sept se­maines aux autres can­di­dats à l’élec­tion pré­si­den­tielle de 2017. Jus­qu’au deuxième tour, pré­vu le 29 jan­vier pro­chain, le feuille­ton risque d’être riche tant cette élec­tion res­semble fu­rieu­se­ment à un congrès du PS.

Valls à peine dé­cla­ré, il se ci­mente aus­si­tôt un front “Tout sauf Valls”. Des ad­ver­saires (ca­chés) vont même jus­qu’à re­cher­cher, pour lui nuire, Vincent Peillon per­du de vue de­puis deux ans, mais pris d’une su­bite en­vie de faire don de sa per­sonne à la France dans le cadre d’une can­di­da­ture­ex­press dont la pré­pa­ra­tion ne semble pas le la­bel.

Le duel à dis­tance entre Valls et Ma­cron, même si ce der­nier ne par­ti­ci­pe­ra pas à la pri­maire, ani­me­ra aus­si les dé­bats tant ces deux­là pour­raient se re­trou­ver sur le même es­pace. D’au­tant que Vals s’est po­si­tion­né à front ren­ver­sé pour ras­sem­bler son camp à gauche alors que voi­là dix ans qu’il af­fiche des po­si­tions qua­si « ma­cro­niennes ».

Libre, confor­té par les son­dages, Em­ma­nuel Ma­cron qui n’est pas dans l’in­con­fort de la pri­maire a réus­si, hier, de­vant près de 15.000 per­sonnes une belle dé­mons­tra­tion de force. Il n’a pas hé­si­té à se pré­sen­ter comme « le can­di­dat du tra­vail » dans le droit fil de Ni­co­las Sar­ko­zy et à ve­nir mar­cher sur les plates­bandes de Ma­nuel Valls en in­té­grant dans son dis­cours la Ré­pu­blique, la sé­cu­ri­té et la ban­lieue. Pas rose pour la gauche dite de gou­ver­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.