Un double bo­nus qui vaut son pe­sant d’or

L’ASM s’ou­blie un quart d’heure avant de prendre deux points

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports rugby - À Belfast (Ir­lande du Nord), Va­lé­ry Le­fort

Cler­mont a mar­qué deux points (bo­nus of­fen­sif pour quatre es­sais et bo­nus dé­fen­sif pour une dé­faite de sept points). Un moindre mal face à une équipe ir­lan­daise em­bal­lante.

On a vrai­ment craint le pire pour Cler­mont après un quart d’heure de jeu en se­conde pé­riode. Re­ve­nue sur la pe­louse avec seule­ment quatre pe­tits points de re­tard (22­18), L’ASM n’en fi­nis­sait plus, alors, de s’en­fon­cer. Un qua­trième es­sai en­cais­sé, puis un cin­quième après seule­ment 54 mi­nutes de jeu. De quoi tan­guer dan­ge­reu­se­ment avec ce 17­0 cin­glant in­fli­gé en seule­ment 17 mi­nutes par l’ar­ma­da rouge et blanche. L’écart était alors à son pa­roxysme (39­18).

Comment, dans ces condi­tions, ce Cler­mont mis sous l’étei­gnoir al­lait­il fi­nir sous la fu­ria d’un stade de Ra­ven­hill à l’unis­son de son équipe ? Constat d’au­tant plus cruel que les par­te­naires de Chou­ly avaient réa­li­sé une pre­mière pé­riode d’ex­cel­lente fac­ture, dans le sillage d’un Fo­fa­na stra­to­sphé­rique et pour tout dire bluf­fant de fa­ci­li­té et de flui­di­té mê­lées.

Il y avait eu du jeu, de l’in­ten­si­té, des re­tour­ne­ments. Les deux formations s’étaient ren­du coup pour coup pen­dant qua­rante mi­nutes. Un ré­gal pour un duel de haute fac­ture, « clai­re­ment de ni­veau in­ter­na­tio­nal », tran­cha plus tard Azé­ma.

Mais comme dans l’odys­sée du Ti­ta­nic ­ le na­vire a été construit à quelques en­ca­blures du stade ­ les pre­miers cra­que­ments sur la coque au­ver­gnate au­raient dû aler­ter avec ­ dé­jà ­ trois es­sais en­cais­sés en seule­ment 35 mi­nutes.

Mais comme dans l’at­lan­tique, l’or­chestre d’au­vergne avait quand même te­nu sa place et joué peu ou prou sa par­ti­tion dans le sillage de son maes­tro, Wesley Fo­fa­na. Puis vint l’épe­ron­nage. Violent, puis­sant. L’ul­ster avan­çait alors comme un iceberg, len­te­ment mais sû­re­ment pour por­ter son avance à un ni­veau qu’on pen­sait dé­fi­ni­tif et cin­glant (39­18, 54e).

Pour­tant, il était dit que ce match en­le­vé re­cè­le­rait en­core des sur­prises. Cler­mont gar­dait (de loin) un oeil sur le bo­nus dé­fen­sif après qu’aben­da­non fut ve­nu mou­rir sous les po­teaux (36­25, 63e). Mais man­quait en­core une pré­cieuse uni­té. Elle ar­ri­va par Chou­ly à cinq mi­nutes de la fin. Dès lors, s’es­quis­sait le dé­sir fou d’un pé­cule à trois points en cas de nul. À condi­tion d’éga­li­ser. L’ul­time ten­ta­tive ra­tée de Sped­ding son­na le glas des Cler­mon­tois.

Ils peuvent néan­moins être sa­tis­faits du re­tour comp­table. Mais à prendre en­core cinq es­sais dans le sillage de l’opé­ra­tion « portes ou­vertes » à Pau, Cler­mont a de nou­veau af­fi­ché d’in­quié­tantes voies d’eau. Pour l’ins­tant, c’est sans con­sé­quence…

Wesley Fo­fa­na ex­cep­tion­nel de fa­ci­li­té dans la dé­fense ir­lan­daise

TROI­SIÈME ES­SAI. Nick Aben­da­non a mar­qué l’es­sai de la ré­volte alors que l’ul­ster avait por­té son avance à un ni­veau que l’on pen­sait dé­fi­ni­tif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.