Ces vil­lages illu­mi­nés par les crèches de Noël

■ PUY-DE-DÔME. Plu­sieurs vil­lages du Puy­de­dôme misent de­puis plu­sieurs an­nées sur les crèches de Noël pour at­ti­rer les va­can­ciers et cu­rieux. Le suc­cès leur donne rai­son. ■ COM­BRAILLES. A Lan­dogne, plus de 120 crèches du monde en­tier ont en­va­hi le bour

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - La une - PHO­TO RI­CHARD BRU­NEL

A Lan­dogne, pe­tit village des Com­brailles, on peut dé­cou­vrir, en vi­si­tant le bourg, plus de 120 crèches de Noël du monde en­tier. Cette an­née, pour les vingt ans de la ma­ni­fes­ta­tion, une mo­nu­men­tale crèche de sable a été sculp­tée par un ar­tiste ve­nu de Mont­pel­lier.

Quelque temps avant Noël, Lan­dogne, dans le Puy­de­dôme, se ré­veille. Ce village des hautes Com­brailles de­vient, jus­qu’au pre­mier jour de l’an­née pro­chaine, le centre du monde. Ou d’un monde par­ti­cu­lier…

Pour la ving­tième an­née, l’as­so­cia­tion Les crèches du monde or­ga­nise, dans les rues du bourg, une ex­po­si­tion de crèches ve­nues des di­vers poins de la pla­nète. Si, d’ha­bi­tude, le thème met à l’hon­neur un pays en par­ti­cu­lier, 2016 ver­ra les cinq conti­nents se dé­voi­ler en san­tons, an­ni­ver­saire oblige.

« Cette an­née, nous fai­sons une sorte de ré­tros­ pec­tive : il y au­ra 124 crèches sur tout le village », ex­plique Mo­nique La­basse, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion qui compte tren­te­cinq adhé­rents. Mo­nique La­basse pré­cise d’ailleurs que l’ex­po­si­tion « est le ré­sul­tat d’un tra­vail de groupe ».

Foi com­mune, sens es­thé­tique dif­fé­rent

Sous une ton­nelle ou mises en va­leur dans de pe­tits ca­ba­nons en bois illu­mi­nés, les cultures du bout du monde se ré­vèlent. Le san­ton « por­teur de mouton » de la crèche Na­va­jos, un peuple amé­rin­dien, a une plume d’aigle dans les che­veux. Les sta­tuettes pé­ru­viennes sont ac­com­pa­gnées de la­mas. Aux États­unis, les san­tons de la Nou­velle­or­léans ont la peau noire et ceux de la com­mu­nau­té Amish re­vêtent leurs cos­tumes tra­di­tion­nels.

« Ce qui nous in­té­resse, c’est ce qui est dif­fé­rent, ce qui re­pré­sente une culture spé­ci­fique. Nous avons une foi com­mune avec les gens qui re­pré­sentent la na­ti­vi­té, mais ils le font avec un sens es­thé­tique dif­fé­rent du nôtre », es­time Mo­nique La­basse.

Cette di­ver­si­té as­sure à Lan­dogne son cô­té insolite. Mais pour mar­quer les vingt ans de l’évé­ne­ment, les or­ga­ni­sa­teurs ont vu les choses en grand.

Sous une ton­nelle, à deux pas de la salle des fêtes com­mu­nale, la crèche la plus mo­nu­men­tale de cette édi­tion a été créée spé­cia­le­ment pour Lan­dogne. En sable.

Son concep­teu­rest Sté­phane Laz­za. Il est ve­nu jeu­di de Mont­pel­lier, pré­cé­dé de quinze tonnes de sable. Jé­sus, Ma­rie, Jo­seph et les Rois mages, il les a ima­gi­nés et sculp­tés en un jour et de­mi. « J’ai com­men­cé par pré­pa­rer le sable. C’est un gros tra­vail qui prend plu­sieurs heures. J’ajoute du sel pour que, en sé­chant, ce­la cris­tal­lise et reste dur. En­suite, j’ai mon­té les vo­lumes, à la pelle. Il faut tas­ser au maxi­mum. Je n’hé­site pas à mon­ter des­sus pour que ce­la soit bien com­pact. Se­lon la qua­li­té du sable, je peux créer des sta­tues plus ou moins hautes », ex­plique l’ar­tiste.

Ha­bi­tué des plages mé­ di­ter­ra­néennes, Sté­phane Laz­za a mis au point à Lan­dogne sa pre­mière crèche. Est en­suite ve­nu le temps de la sculp­ture. « J’uti­lise une truelle, une langue de chat et même un pin­ceau pour les dé­tails. En­suite, je pul­vé­rise de l’eau sa­lée. »

Ephé­mère, la crèche ne du­re­ra qu’une se­maine, peut­être deux. Il fau­dra donc se hâ­ter pour voir cette Na­ti­vi­té dans les meilleures condi­tions.

Une crèche éphé­mère en sable

PUY-DE-DÔME. Dans les Com­brailles, le soir ve­nu, le village de Lan­dogne met en lu­mière ses crèches du monde en­tier de­puis main­te­nant vingt ans. PHO­TO RI­CHARD BRU­NEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.