Le grand art des éclai­ra­gistes ro­mans

Da­niel Tar­dy a en­tre­pris de mon­trer que le so­leil éclaire les cha­pi­teaux de l’église ro­mane de Saint­nec­taire (Puy­de­dôme) en fonc­tion de la fête du jour. Il traque les cor­res­pon­dances entre la lu­mière et les 83 per­son­nages sculp­tés.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - La une - Jean-marc Laurent jean-marc.laurent@cen­tre­france.com

La course du so­leil à tra­vers les vi­traux d’une église ro­mane donne sou­vent des ef­fets en­chan­teurs. Par­ti­cu­liè­re­ment lorsque le ha­sard du jour, de l’heure et de la mé­téo per­met au rayon de lu­mière de ca­res­ser le galbe d’une co­lonne, les courbes d’une sculp­ture, les re­liefs d’un cha­pi­teau.

Les pre­mières fois Da­niel Tar­dy a sa­vou­ré la simple ren­contre du so­leil avec la pierre de l’église de SaintNec­taire (Puy­de­dôme). Les oc­ca­sions sui­vantes il a re­le­vé que les cha­pi­teaux n’étaient tou­chés par la lu­mière qu’à cer­taines pé­riodes de l’an­née.

Ci­néaste, réa­li­sa­teur de scé­no­gra­phies au­dio­vi­suelles, Da­niel Tar­dy n’a d’abord vu que la ma­gie vi­suelle du phé­no­mène.

« Je suis ve­nu ici une cen­taine de fois, ra­conte Da­niel Tar­dy. Et j’ai com­men­cé à dé­cou­vrir des coïn­ci­dences entre les scènes sculp­tées et la fête du jour. De­vant la suc­ces­sion des coïn­ci­dences j’ai com­men­cé à me dire qu’il de­vait y avoir une ex­pli­ca­tion. Cent coïn­ci­dences, ce n’est plus du ha­sard. »

« De tout temps, les ar­chi­tectes ont com­po­sé avec la lu­mière », confirme l’ar­chi­ tecte Re­na­to Sa­le­ri, de l’école na­tio­nale su­pé­rieure d’ar­chi­tec­ture de Lyon.

Spé­cia­liste de mo­dèles et si­mu­la­tions pour l’ar­chi­tec­ture, son la­bo­ra­toire (MapA­ria, CNRS) a ac­com­pa­gné ces der­nières an­nées deux thèses sur l’in­té­gra­tion de la lu­mière dans l’ar­chi­tec­ture, à tra­vers les exemples du théâtre an­tique de Vienne et de l’église de Pien­za en Tos­cane.

La ma­gie a opé­ré

« Les mo­dé­li­sa­tions et si­mu­la­tions 3D ont mon­tré des cor­res­pon­dances entre les ef­fets lu­mi­neux sur l’ar­chi­tec­ture et la sym­bo­lique des par­ties éclai­rées », com­mente Re­na­to Sa­le­ri.

Son la­bo­ra­toire a ten­té la même ex­pé­rience sur deux cha­pi­teaux du coeur de l’église de Saint­nec­taire à par­tir de l’éclai­rage de deux de ses fenêtres, pour deux dates re­mar­quables. Pour ces deux exemples, l’hy­po­thèse de Da­niel Tar­dy a été confir­mée.

Pour vé­ri­fier ou non une hy­po­thèse gé­né­rale, le Map est prêt à créer un mo­dèle nu­mé­rique si­mu­lant la course du so­leil et ses ef­fets tout au long de l’an­née sur l’éclai­rage in­té­rieur de l’église de Saint­nec­taire.

Da­niel Tar­dy s’est lan­cé dans une re­cherche de par­te­naires et fi­nan­ce­ment.

Comme Re­na­to Sa­le­ri, Da­niel Tar­dy a dû se plon­ger dans le ca­len­drier Ju­lien en vi­gueur avant 1582 et éta­blir les cor­res­pon­dances avec le ca­len­drier gré­go­rien ap­pli­qué de­puis. C’est ain­si qu’il vient contem­pler les équi­noxes le 15 mars (plu­tôt que le 21) et le 15 sep­tembre (plu­tôt que le 23).

Pro­fi­tant d’une trouée de beau temps, nous avons re­trou­vé Da­niel Tar­dy sur place le 13 sep­tembre der­nier. Dans la lu­miére du ma­tin, la ma­gie a opé­ré. Comme an­non­cé quelques jours plus tôt par té­lé­phone, le cha­pi­teau de l’ar­res­ta­tion et de la fla­gel­la­tion a été mis en mou­ve­ment en pre­mier par la lu­mière. Le clou du spec­tacle a été la mon­tée pro­gres­sive vers le cha­pi­teau droit de la lé­gende de Saint­nec­taire et l’au­réole du per­son­nage (Saint­pierre ou Saint­nec­taire) qui pa­raît re­don­ner vie au mort sous l’ef­fet d’un rai de lu­mière en­flam­mé par le vi­trail.

Da­niel Tar­dy a fait des mil­liers de pho­tos, en­re­gis­tré 50 heures de vi­déo pour es­sayer de com­prendre ce que les « éclai­ra­gistes » de l’an mil avaient vou­lu dire.

Il a aus­si ava­lé les écrits des moines bé­né­dic­tins de l’époque, cou­ru les salles d’ar­chives, jus­qu’au Va­ti­can. « J’ai sur­tout beau­coup ob­ser­vé et ap­pris la pa­tience bé­né­dic­tine ! Les moines de Saint­be­noît n’avaient pas la même no­tion du temps que nous au­jourd’hui. »

La sin­gu­la­ri­té et la com­plexi­té de « lec­ture » de l’église de Saint­nec­taire tient pour beau­coup aux 83 per­son­nages sculp­tés sur les cha­pi­teaux sus­cep­tibles de ra­con­ter des di­zaines d’his­toires.

« Da­niel Tar­dy a pro­cé­dé de ma­nière un peu pro­fane. Reste main­te­nant aux scien­ti­fiques à s’em­pa­rer de la ques­tion », es­père Re­na­to Sa­le­ri.

6 MAI. Le cha­pi­teau de la sainte Croix s’éclaire le jour de ce qui était au­tre­fois la fête de « saint Jean de­vant la Porte La­tine » et met saint Jean

JML

DA­NIEL TAR­DY. « Un mis­sel de pierre et de lu­mière ! ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.