Re­gards amé­ri­cains

Deux grands noms de la lit­té­ra­ture amé­ri­caine en cette fin d’an­née : James Sal­ter et Tru­man Ca­pote.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Pas­cale Fau­riaux pas­cale.fau­riaux@cen­tre­france.com Sal­ter par Sal­ter. Tra­duit de l’an­glais (États-unis) par Phi­lippe Gar­nier et Marc Am­fre­ville, Édi­tions de l’oli­vier, 14 €. La tra­ver­sée de l’été. De Tru­man Ca­pote, tra­duit de l’an­glais par Ga­brielle Ro­li

Trois al­lo­cu­tions et un en­tre­tien : dans Sal­ter par Sal­ter, les édi­tions de l’oli­vier pro­posent une pé­ré­gri­na­tion lit­té­raire en com­pa­gnie de l’écri­vain amé­ri­cain. L’au­teur dit son amour des voyages, qui per­mettent de « re­gar­der la vie d’une fa­çon dif­fé­rente ». Il ex­plique pour­quoi il juge ar­bi­traire la sé­pa­ra­tion entre fic­tion et non­fic­tion, sou­li­gnant que les grands ro­mans « ré­sultent d’un sens ai­gu de l’ob­ser­va­tion ». Sal­ter sa­lue la France, « un pays qui sait vous don­ner l’im­pres­sion que ce­la vaut la peine d’être écri­vain », es­saie de dé­fi­nir ce qu’est un ro­man.

Un ro­man et des nou­velles : Gras­set a pu­blié cet au­tomne des oeuvres de jeu­nesse, ré­cem­ment dé­cou­vertes, de Tru­man Ca­pote.

La tra­ver­sée de l’été, qui se dé­roule dans la ca­ni­cule d’un été newyor­kais, met en scène Gra­dy, 17 ans, dont les pa­rents ef­fec­tuent un voyage en Eu­rope. La jeune fille de bonne fa­mille tombe amou­reuse d’un gar­dien de par­king. L’histoire ba­nale d’une pas­sion des­truc­trice est ra­con­tée avec ta­lent. Les per­son­nages, mais aus­si les quar­tiers de la ville, sont dé­crits avec pré­ci­sion et sub­ti­li­té.

Ce ro­man dé­montre que, comme le sou­ligne Sal­ter, « tout ce qui n’est pas écrit dis­pa­raît ». Et que ce qui est écrit peut ré­ap­pa­raître.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.