La ré­vé­la­tion

C’est le phénomène lit­té­raire de 2016. Em­ma Cline a sor­ti The Girls, un ro­man mar­quant.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Ré­mi Bon­net re­mi.bon­net@cen­tre­france.com The Girls.

Pré­cé­dée d’une ré­pu­ta­tion ex­trê­me­ment flat­teuse, Em­ma Cline a dé­bar­qué en fan­fare avec un pre­mier ro­man, The Girls , qui a sur­pris et sé­duit le pe­tit monde des ama­teurs de lit­té­ra­ture.

Et pour­tant, ce livre n’a rien de spec­ta­cu­laire, il ne cherche ni le scan­dale ni l’au­to­pro­mo­tion. Il est là, c’est tout, et dis­tille son charme en­tê­tant et vé­né­neux en toute dis­cré­tion.

The Girls pro­pulse le lec­teur dans une époque loin­taine, mais dont le sou­ve­nir reste vi­vace : la fin des an­ nées 60. Une pé­riode de tran­si­tion dou­lou­reuse, où l’idéa­lisme du Sum­mer of love et de la contre­culture se laisse en­glou­tir par le cô­té obs­cur de l’âme hu­maine. La guerre du Viet­nam, les luttes achar­ nées pour les droits ci­viques et les ef­fets se­con­daires des drogues psy­ché­dé­liques mettent fin à la ré­créa­tion hip­pie dans le sang.

1969 était donc une an­née cru­ciale, où a émer­gé le ter­rible Charles Man­son, gou­rou psy­cho­tique, qui a me­né de très jeunes adeptes au bout de la fo­lie et de la des­truc­tion. C’est cette histoire ter­ri­fiante que ra­conte l’au­teur sous le biais de la fic­tion.

Peu de vio­lence ici, mais une at­mo­sphère lourde et pois­seuse. Comme un orage qui ne de­mande qu’à écla­ter. Ma­gni­fique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.