Les mi­lieux dji­ha­distes en plein es­sor en Al­le­magne

Les jeunes is­sus de l’im­mi­gra­tion sont par­ti­cu­liè­re­ment tou­chés par la ra­di­ca­li­sa­tion

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & Monde -

La né­bu­leuse dji­ha­diste connaît de­puis deux ans un es­sor crois­sant en Al­le­magne, par­ti­cu­liè­re­ment chez les jeunes is­sus de l’im­mi­gra­tion, un mi­lieu au sein du­quel l’au­teur de l’at­ten­tat de Ber­lin a un temps évo­lué avant de pas­ser à l’acte.

Lorsque, le 8 no­vembre, la po­lice lance une opé­ra­tion contre la mos­quée de Hil­de­sheim (pho­to AFP), per­sonne n’est sur­pris. Cette ville de 100.000 ha­bi­tants en Basse­saxe (nord) s’était taillée la ré­pu­ta­tion d’être de­ve­nue « un bas­tion » de groupes is­la­mistes ra­di­caux, se­lon la for­mule des au­to­ri­tés. Après des mois d’en­quête, les po­li­ciers ar­rêtent Ah­mad Ab­du­la­ziz Ab­dul­lah A. alias « Abou Wa­laa », sur­nom­mé « le pré­di­ca­teur sans vi­sage » en rai­son de ses vi­déos où il prend soin d’ap­pa­raître de dos. Po­pu­laire sur les ré­seaux so­ciaux, il est ac­cu­sé avec quatre com­plices d’avoir pi­lo­té un ré­seau de recrutement pour le compte du groupe État is­la­mique.

Cette fi­gure du sa­la­fisme dji­ha­diste en Al­le­magne – branche très mi­no­ri­taire du cou­rant sa­la­fiste pour l’es­sen­tiel non­violent – a aus­si croi­sé le che­min d’anis Am­ri, l’au­teur pré­su­mé de l’at­ten­tat au ca­mion­bé­lier dans la ca­pi­tale al­le­mande, tué ven­dre­di en Ita­lie (lire ci­des­sus). Si l’ar­res­ta­tion d’abou Wa­laa puis l’at­taque du mar­ché de Noël ont fo­ca­li­sé l’at­ten­tion des mé­dias, il ne se passe en réa­li­té guère de se­maine sans que les po­li­ciers al­le­mands an­noncent l’in­ter­pel­la­tion d’un sus­pect de « ter­ro­risme » ou la dis­so­lu­tion d’une as­so­cia­tion dou­teuse.

549 in­di­vi­dus dan­ge­reux

Le 25 oc­tobre, c’est un groupe tchét­chène qui est dé­man­te­lé ; le 3 no­vembre, trois Al­le­mands ren­trés de Sy­rie sont con­dam­nés ; le 15 no­vembre, une vague de per­qui­si­tions dans dix ré­gions al­le­mandes vise quelque 190 sites liés à « La vraie religion », un groupe in­ter­dit ac­cu­sé d’avoir in­ci­té 140 per­sonnes à re­join­ dre la Sy­rie ou l’irak.

Le ren­sei­gne­ment in­té­rieur four­nit des sta­tis­tiques in­quié­tantes. En juin, il es­ti­mait le nombre d’is­la­mistes ra­di­caux à 9.200, dont 1.200 sus­cep­tibles de bas­cu­ler dans la vio­lence. Par­mi eux, 549 sont clas­sés « dan­ge­reux », à l’ins­tar d’anis Am­ri. À titre de com­pa­rai­son, en 2011, 3.800 per­sonnes étaient ca­ta­lo­guées ra­di­cales en Al­le­magne.

Géo­gra­phi­que­ment, la Rhé­na­nie du Nord­west­pha­lie, à la fron­tière de la Bel­gique et des Pays­bas, et Ber­lin ont connu le plus fort es­sor du dji­ha­disme. C’est là aus­si qu’am­ri avait ses ha­bi­tudes. Le plus in­quié­tant est que cet es­sor est ob­ser­vé en par­ti­cu­lier chez les jeunes. « EI est clai­re­ment une sorte d’idéo­lo­gie de ré­bel­lion, une contre­culture, quelque chose qui peut sa­tis­faire le be­soin de pro­tes­ta­tion de jeunes », sou­ligne à ce pro­pos Pe­ter Neu­mann, di­rec­teur du centre d’étude sur la ra­di­ca­li­sa­tion du King’s Col­lege de Londres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.