Le can­di­dat Ma­cron en­thou­siasme Cler­mont

EN MARCHE ! Quelque 2.500 per­sonnes ont as­sis­té, hier, à son meeting.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - La une - Pierre Pey­ret pierre.pey­ret@cen­tre­france.com Sou­tiens. Une tren­taine de maires so­cia­listes et cen­tristes au­ver­gnats étaient là, à l’ins­tar de Re­né Sou­chon, an­cien pré­sident de la région Au­vergne. Jean-yves Gout­te­bel, pré­sident du Con­seil dé­par­te­men­tal du

Em­ma­nuel Ma­cron, can­di­dat à l’élec­tion pré­si­den­tielle, a dé­voi­lé, hier, à Cler­mont-fer­rand, de nou­velles pro­po­si­tions. L’an­cien mi­nistre de l’eco­no­mie est, plus que ja­mais, en marche.

«Quelque chose se passe dans le pays. Une vague monte et ce n’est pas une bulle. » As­su­ré­ment, quelque chose est en train de se pas­ser à quatre mois du pre­mier tour du scru­tin pré­si­den­tiel.

Il y a huit mois, les adhé­rents d’en Marche ! dans le Puy­de­dôme, le mou­ve­ment lan­cé par Em­ma­nuel Ma­cron, pou­vaient se comp­ter sur les doigts d’une seule main. Ils n’étaient que quatre. Au­jourd’hui, leur nombre at­tein­drait les 1.200. Deux mille au ni­veau au­ver­gnat.

« Ré­con­ci­lier l’am­bi­tion et le réel »

Huit mois plus tard, de­vant près de 2.500 cu­rieux ou sym­pa­thi­sants réunis dans une des salles de la Grande Halle d’au­vergne – cinq cents autres n’ont pu en­trer – Em­ma­nuel Ma­cron a pré­sen­té ses voeux pour la nou­velle an­née. Et son voeu pour la France : « Pen­ser prin­temps ».

En re­pre­nant le phi­lo­sophe Alain, l’an­cien mi­nistre de l’eco­no­mie a dé­cli­né de nou­velles pro­po­si­tions. « Pen­ser prin­temps, c’est ré­con­ci­lier l’am­bi­tion et le réel », a­t­il lan­cé, ré­fé­rence cette fois à Blaise Pascal.

La veille, il avait dé­voi­lé, à Ne­vers, ses pro­po­si­tions concer­nant la san­té. Pour rap­pel, il sou­haite amé­lio­rer la cou­ver­ture san­té « en pre­nant en charge à 100 % d’ici à 2022 les lu­nettes et les pro­thèses den­taires ou au­di­tives. »

Hier soir, ses pro­po­si­tions ont por­té sur l’em­ploi. Celles­ci passent par « une ré­forme du tra­vail am­bi­tieuse » et « un droit du tra­vail sim­pli­fié ». Exemple avec la sup­pres­sion du ré­gime social des in­dé­pen­dants. Ou avec ce coup de pouce adres­sé aux em­ployeurs : « Pour tous les em­plois au Smic, il y au­ra dix points de charges pa­tro­nales en moins. » En cri­ti­quant le terme as­sis­ta­nat, le can­di­dat En Marche ! sou­haite ce­pen­dant contraindre les de­man­deurs d’em­plois. « Cer­tains de­vront ac­cep­ter des offres qui ne leur plaisent pas. »

Son « pen­ser prin­temps » est aus­si des­ti­né à la ru­ra­li­té : « Ce sont des ter­ri­toires qui veulent vivre, réus­sir et avan­cer. Ils en ont le droit », a­t­il lan­cé en s’adres­sant à Jacques Mé­zard, sé­na­teur PRG du Cantal et sou­tien d’em­ma­nuel Ma­cron. Et de conclure : « C’est un pro­jet pour prendre le pou­voir et le rendre aux ter­ri­toires. Ce prin­temps se­ra à nous. »

EN MARCHE. Plus de 2.000 per­sonnes ont as­sis­té, hier, à la réunion pu­blique d’em­ma­nuel Ma­cron. PHOTO FRANCK BOILEAU

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.