Les can­di­dats passent le grand oral face aux jeunes

Un tour de chauffe avant le deuxième dé­bat té­lé­vi­sé, ce soir, à 18 heures, sur BFMTV

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & Monde Actualités - Ce soir. Le deuxième grand dé­bat de la pri­maire de la gauche se tien­dra ce di­manche à 18 heures, en di­rect sur BFMTV. Les sept can­di­dats abor­de­ront cinq grands thèmes, no­tam­ment l’ac­tua­li­té, l’exer­cice du pou­voir, ou en­core la lutte contre la dé­lin­quance.

Les can­di­dats à la pri­maire ini­tiée par le PS ont, cha­cun à leur tour, dé­rou­lé leurs pro­po­si­tions hier, à Pa­ris, de­vant le Mou­ve­ment des jeunes so­cia­listes (MJS).

Ma­nuel Valls s’est in­quié­té qu’une « par­tie de la jeu­nesse ne (soit) pas seule­ment ten­tée par l’abs­ten­tion, par le re­jet du sys­tème, […] par la ré­volte, par l’in­di­gna­tion, mais (soit) ten­tée par l’ex­trême droite ».

Vincent Peillon, an­cien mi­nistre de l’éducation, s’est dit « as­sez mal­heu­reux » du conte­nu de la pri­maire, en s’en pre­nant à Be­noît Ha­mon et à son idée d’un re­ve­nu uni­ver­sel. « Ima­gi­nez face à Fillon, dire “Oui, nous les so­cia­listes on ne croit plus à la crois­sance, l’em­ploi va se dé­té­rio­rer, on va donc don­ner un re­ve­nu à tout le monde qui va coû­ter 400 mil­liards et pour ça on va taxer les ro­bots”. On n’est pas sur les vrais su­jets, […] on est sur des choses dont on sait qu’on ne les fe­ra pas. »

Fran­çois de Ru­gy, can­di­dat éco­lo­giste qui a dé­fen­du sa pro­po­si­tion sur le vote obli­ga­toire, la PMA pour tous et le ser­vice ci­vique obli­ga­toire, a cri­ti­qué, sans le ci­ter, Ar­naud Mon­te­bourg, « le can­di­dat qui pro­pose (le re­tour du ser­vice mi­li­taire), et de­vrait y ré­flé­chir à deux fois avant de pour­suivre dans cette voie ».

L’in­té­res­sé a lui choi­si de tendre la main à ses ad­ver­saires, sa­luant « des choses très po­si­ti­ ves qui viennent d’un cer­tain nombre d’autres can­di­dats » et no­tam­ment à Be­noît Ha­mon. « Nous pou­vons trou­ver des points d’ac­cord avec Be­noît », at­il dit à pro­pos de l’an­cien pré­sident du MJS.

« On dit que c’est ir­réa­li­sable, […] ça pou­vait ve­nir même des rangs d’un cer­tain nombre de mes ri­vaux à cette pri­maire », a ré­agi Be­noît Ha­mon à pro­pos du re­ve­nu uni­ver­sel, une me­sure « non seule­ment réa­li­sable mais sou­hai­table ».

TRI­BUNE. Les can­di­dats se sont ex­pri­més tour à tour hier à Pa­ris. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.