LA SE­MAINE DE JACQUES MAILHOT

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Septième Jour -

Pen­dant que le Pré­sident fait son ul­time tour­née des po­potes et que l’autre gauche fait la course en tête, le Par­ti so­cia­liste fait ses pri­maires.

Ali­gnés en rang d’oi­gnons comme dans Ques­tions pour un cham­pion, nos sept or­phe­lins ré­pondent tant bien que mal aux ques­tions que les trois ani­ma­teurs daignent leur po­ser.

Au ni­veau de la phar­ma­co­pée, on est entre le tran­quilli­sant et le som­ni­fère. Même avec la meilleure vo­lon­té du monde, con­trai­re­ment à la mé­téo du jour, on a du mal à être en vi­gi­lance rose. Le mar­chand de sable concur­rence dan­ge­reu­se­ment les ven­deurs de pro­messes.

Dès la quin­zième mi­nute, on a les yeux qui piquent. À la ving­tième, on som­nole. Pas­sé la de­mi­heure, la pau­pière de­vient si lourde qu’on sombre dans le royaume de Freud.

Pour­tant, les can­di­dats s’ap­pliquent mais leur tâche n’est pas simple. Ex­pli­quer qu’on va réus­sir en cinq ans ce qu’on a ra­té en un quin­quen­nat… Le monde té­lé­vi­suel touche ici un nou­veau type de pro­gramme : « La Té­lé Ir­réa­li­té ».

On est vrai­ment comme chez le bon doc­teur Freud, le di­van en moins. On rêve, mais de­bout.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.