Une mo­bi­li­sa­tion can­ta­lienne tous azi­muts au­tour du concur­rent

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Grand angle grand angle -

« Lors de nos deux par­ti­ci­pa­tions avec le Ja­pon, même si la bar­rière de la langue avait peut-être comp­té, je n’avais pas sen­ti un tel en­goue­ment, une telle adhé­sion du ter­ri­toire au­tour du can­di­dat. »

Mal­gré son ex­pé­rience, Yo­hann Cha­puis est sur­pris par l’am­pleur du ré­seau qui s’est fé­dé­ré au­tour de l’équipe aus­tra­lienne. Es­sen­tiel­le­ment dans le Can­tal. Tour d’ho­ri­zon.

Ca­le­den. Le centre ther­mo­lu­dique de Chau­desAigues, au­de­là d’un en­ga­ge­ment fi­nan­cier, a pro­po­sé les ser­vices d’un coach à Dan et Ryan. Pré­pa­ra­tion phy­sique, afin que les can­di­dats puissent sup­por­ter les 5 heures de concours, mais aus­si men­tale, pour la ges­tion du stress, ont été dis­pen­sées. En prime, ils ont eu droit à des mas­sages.

Quelque part sur Terre. La mai­son d’édi­tion au­rilla­coise a ac­ti­ve­ment par­ti­ci­pé au vo­let com­mu­ni­ca­tion de l’en­tre­prise, qui se­ra aus­si pris en compte par le ju­ry. Elle a réa­li­sé l’affiche de Dan, sur une pho­to de Pierre Sois­sons. Lau­rence Ad­net s’est char­gée du dos­sier de presse, avec l’agence de dé­ve­lop­pe­ment Can­tal des­ti­na­tion.

Léo Pons. Le jeune réa­li­sa­teur au­rilla­cois a tour­né, au dé­bot­té, une vi­déo de pro­mo­tion aus­si réus­sie que drôle avec Dan et Ryan.

Gilles Vi­dal. Le de­si­gner, né dans le Can­tal et res­ pon­sable du style chez Peu­geot, s’est char­gé de des­si­ner le plat qui se­ra uti­li­sé sur le concours. Avec comme contrainte d’op­ti­mi­ser le main­tien au chaud des ali­ments via ce pro­to­type.

Les en­tre­prises Ma­got et Villa­ret. Le cui­si­niste au­rilla­cois, qui tra­vaillait dé­jà avec le res­tau­rant de Serge Viei­ra, et l’en­tre­prise de bâ­ti­ment de Mu­rat ont joué un grand rôle dans l’amé­na­ge­ment de l’es­pace de tra­vail de Dan Ar­nold, de la four­ni­ture de ma­té­riel à sa pose.

L’IFPP d’au­rillac et l’en­semble sco­laire Sa­cré-coeur de Saint-ché­ly. L’ins­ti­tut de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et per­ma­nente a four­ni à l’équipe des com­mis pour les exa­mens blancs. Ce qui a per­mis de re­créer les condi­tions du jour J, où Dan et Ryan au­ront un com­mis qu’ils ne connaissent pas, ve­nant de l’ins­ti­tut Bo­cuse. Le très ré­pu­té ly­cée hô­te­lier de SaintC­hé­ly­ d’ap­cher, en Lo­zère, a lui aus­si par­ti­ci­pé. Des ser­veurs oeu­vrant pour les dî­ners de ga­la or­ga­ni­sés au châ­teau du Couf­four, afin de le­ver des fonds, ve­naient de cet éta­blis­se­ment.

La mai­rie de Mau­rines. La mu­ni­ci­pa­li­té de Chaudes­ Aigues, où se pré­pare le concours, a ai­dé le can­di­dat… comme sa voi­sine de Mau­rines, 103 ha­bi­tants – dont Dan, sa com­pagne et son fils – qui y est al­lé de sa sub­ven­tion.

Le res­tau­rant du Couf­four. Nor­mal que Serge Viei­ra sou­tienne son se­cond dans cette aven­ture. Mais toute l’équipe du res­tau­rant se se­ra pliée en quatre pour Dan Ar­nold, par ami­tié, lui prê­tant main forte pen­dant la fer­me­ture du res­tau­rant, donc pen­dant leurs va­cances.

Da­vid Pon­son. Le cou­te­lier d’art thier­nois, par­te­naire de Serge Viei­ra, a aus­si tra­vaillé avec Dan Ar­nold.

Une liste énorme, mais non ex­haus­tive, puisque de nom­breux ac­teurs lo­caux ont ame­né un sou­tien fi­nan­cier, es­sen­tiel pour par­ti­ci­per au concours. Beaucoup, 200 à la louche, se­ront à Lyon, mer­cre­di, pour sou­te­nir Dan. « Ce­la au­ra été une sa­crée aven­ture hu­maine, et on n’a pas en­vie qu’elle fi­nisse » ré­sume Yo­hann Cha­puis.

DE­SI­GN. Gilles Vi­dal (à droite) planche avec Dan et son staff de­puis l’été der­nier sur la concep­tion du plat du concours. PHO­TO MA­NUEL CLADIÈRES

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.