Le cau­che­mar avec un rou­tier

Douze ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle pour viol

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région faits divers - Ju­lien Ra­pe­gno ju­lien.ra­pe­gno@cen­tre­france.com

Une jeune Au­tri­chienne a été vio­lée en mai 2015 sur un par­king pour poids lourds, si­tué à proxi­mi­té de Gué­ret, sur la RN 145. Son agres­seur, un rou­tier bul­gare, a été condam­né ven­dre­di à douze ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle par la cour d’as­sises de la Creuse.

Un soir de mai 2015, une jeune femme de 36 ans a tou­ché le fond du déses­poir sur l’aire de l’es­pé­rance, un par­king pour poids lourds, si­tué près de Gué­ret, sur la RN145.

De na­tio­na­li­té au­tri­chienne, l’au­to­stop­peuse était mon­tée dans le ca­mion d’un rou­tier bul­gare à la fron­tière es­pa­gnole. En re­mon­tant vers le nord, l’homme, Ve­li Eyu­bov, âgé de 37 ans, lui a d’abord par­lé de son pays, de sa fa­mille. « C’était une dis­cus­sion sym­pa­thique », a ex­pli­qué la jeune femme. ten­té sa chance : « Ça te di­rait deux mi­nutes de sexe avec moi ? ». La jeune femme a re­fu­sé ca­té­go­ri­que­ment et, sur l’ins­tant, il a sem­blé en avoir pris son par­ti : « No sex, no pro­blem ! ».

Ce 9 mai 2015, il est 20 heures, le rou­tier a pré­vu de s’ar­rê­ter pour la nuit dans la Creuse. Comme l’a ex­pli­qué son avo­cate, Maître So­phie Me­nu, de Li­moges, l’au­to­stop­peuse a sai­si l’au­baine d’un tra­jet di­rect jus­qu’à Vienne et elle es­pé­rait que cette in­évi­table halte noc­turne au­rait lieu dans une ville où elle au­rait pu prendre une chambre d’hô­tel, ou, à dé­faut, sur une aire de ser­vices do­tée d’une ca­fé­ té­ria. Un en­droit avec de la lu­mière, du monde, quoi. Ce qu’elle a dé­cou­vert sur l’aire de l’es­pé­rance l’a gla­cée : elle va de­voir pas­ser la nuit au mi­lieu de nulle part avec un chauf­feur en­tre­pre­nant. Au­tour d’elle, il n’y a que des poids lourds sta­tion­nés, il n’y a que des hommes en dé­bar­deur ou torse nu qui parlent toutes les langues.

À la pause, le rou­tier s’est fait de plus en pres­sant. Il a fait com­prendre à sa pas­sa­gère qu’elle ne pour­rait pas uti­li­ser la se­conde cou­chette. Plu­tôt que de prendre ses cliques et ses claques, l’au­tos­top­peuse est par­tie mé­di­ter dans les bois pen­dant que le chauf­feur était cen­sé se re­po­ser. Mais il l’a sui­vie.

Pié­gée la nuit au mi­lieu de nulle part

Maître So­phie Me­nu a dé­crit la scène de viol. Il y a eu des coups. Les exa­mens mé­di­caux ont tout confir­mé : l’acte sexuel et la vio­lence. L’homme a for­cé, im­po­sé son dé­sir.

Pour l’ac­cu­sé : « 90 % des femmes qui font du stop veulent du sexe ».

Le mi­nis­tère pu­blic a re­quis treize ans contre Ve­li Eyu­bov. La dé­fense n’a pas cher­ché à ba­na­li­ser la gra­vi­té des faits. Maître Vien­nois a axé sa plai­doi­rie, non sur le consen­te­ment, mais sur la « per­cep­tion du consen­te­ment ».

Ta­rif ap­pli­qué par la cour d’as­sises de Gué­ret pour « deux mi­nutes de sexe » non consen­ti : douze ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle, sui­vis de dix ans d’in­ter­dic­tion de sé­jour sur le ter­ri­toire fran­çais, as­sor­tis d’une ins­crip­tion au fi­chier des dé­lin­quants sexuels.

DANS LE BOX DES ACCUSÉS. de­puis son in­ter­pel­la­tion. Vé­li Eyu­bov, 38 ans, est in­car­cé­ré

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.