Le quo­ti­dien à Amé­dée-gas­quet vers 1930

PA­TRI­MOINE ■ Re­dé­cou­verte de l’his­toire des éta­blis­se­ments cler­mon­tois d’en­sei­gne­ment

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Clermont vivre sa ville - Pierre-ga­briel Gon­za­lez pgg@orange.fr Sources. Notre sé­rie d’ar­ticles sur le ly­cée Amé­dée-gas­quet doit beaucoup à un mé­moire ré­di­gé en 1984 dans le cadre d’un pro­jet d’ac­tion édu­ca­tive por­té par Mmes les pro­fes­seurs Du­pont et Rous­sel et un groupe d’élève

Tout n’était pas rose dans les écoles des temps an­ciens, et les élèves pas tou­jours des mo­dèles de réus­site, ni des anges…

Quelques ex­traits des re­marques por­tées sur les pro­cès­ver­baux de dif­fé­rents conseils des pro­fes­seurs en té­moignent… ­ On cha­hu­tait à Amé­dée­gas­quet :

«…Mon­sieur le Di­rec­teur ayant re­çu à plu­sieurs re­prises des ré­cla­ma­tions de per­sonnes qui ont eu à se plaindre de la mau­vaise te­nue des élèves à leur sor­tie de l’école, constate qu’il y a lieu de sur­veiller da­van­tage ces sor­ties de fa­çon à ce qu’elles se fassent avec plus d’ordre… En consé­quence, il de­mande aux pro­fes­seurs de conduire en rang les élèves jus­qu’à une cer­taine dis­tance de l’école… » ­ On écri­vait mal : «… En gé­né­ral, l’écri­ture des élèves laisse plu­tôt à dé­si­rer. Il se­rait pos­sible de l’amé­lio­rer en exi­geant plus de soin dans la te­nue du cahier de cor­res­pon­dance, et dans l’exé­cu­tion des pen­sums (tâches sup­plé­men­taires don­nées aux élèves comme pu­ni­tions, NDLR). Il convient de don­ner de courtes pu­ni­tions, fa­ciles à contrô­ler, mais en se mon­trant exi­geant sur l’écri­ture. Le maître char­gé de la re­te­nue du jeu­di n’ac­cep­te­ra que les pages soi­gnées… » ­ On tri­chait : « Quelques élèves ont co­pié cer­taines com­po­si­tions du se­ cond tri­mestre. Les noms se­ront por­tés, avec le mo­tif de l’ins­crip­tion sur un « ta­bleau de déshon­neur » qui se­ra af­fi­ché dans la cour de ré­créa­tion… »

« Gare ta gueule à la ré­crée »

­ On se bat­tait pen­dant les ré­créa­tions :

« Rap­port sur l’in­ci­dent sur­ve­nu entre les élèves B. et M. de pre­mière in­dus­trielle pen­dant la ré­créa­tion de 4 h 45 : B. ve­nait de trou­ver une bre­loque et l’exa­mi­nait. D’un pe­tit coup, M. la fit tom­ber à terre et, se bais­sant pour la ra­mas­ser, lais­sa tom­ber un mor­ceau de pain qu’il avait à la bouche. B. pié­ti­na le pain. M. ré­cla­ma le prix et re­çut de son ca­ma­rade le mor­ceau de pain au vi­sage. Alors furent échan­gés un coup­de­poing et un coup de pied. M. at­tei­gnit aux par­ties gé­ni­tales son ca­ma­rade B. qui a souf­fert pen­dant un quart d’heure. » ­ On vo­lait des livres : « De fré­quents vols de livres ont lieu à l’école. C’est inad­mis­sible. De plus, la ré­pu­ta­tion de notre éta­blis­se­ment en souffre. On pour­rait ré­duire le nombre de ces vols en exi­geant que les élèves ins­crivent leurs noms sur la tranche de leurs livres… »

­ On fai­sait la « forte tête », avec le sou­tien des pa­rents !

« L’élève X. tra­vaille ir­ré­gu­liè­re­ment quoi qu’il puisse bien faire… Son at­ti­tude en­vers des maîtres est moins que res­pec­tueuse, il est un exemple per­ma­nent d’in­dis­ci­pline et, triste consta­ta­tion, il est sou­te­nu par sa fa­mille. Aux ré­créa­tions, il est le pro­mo­teur de jeux plus ou moins vio­lents, il ne doit pas être per­du de vue : il a été trou­vé por­teur d’un « poing amé­ri­cain… »

Les pro­fes­seurs n’étaient pas exempts de re­proches : « M. X. tu­toie par­fois ses élèves, il n’a vu à ce­la au­cun in­con­vé­nient. M. le Di­rec­teur fait ce­pen­dant re­mar­quer qu’il se­rait pré­fé­rable de s’abs­te­nir de cette pra­tique qui pour­rait ame­ner une cer­taine fa­mi­lia­ri­té et sur­tout de pré­ve­nir le cas pos­sible d’un élève qui, par ma­lice ou mau­vaise hu­ meur, use­rait de ré­ci­pro­ci­té visà­vis du maître dont la si­tua­tion ne lais­se­rait pas d’être em­bar­ras­sante… »

Ce­pen­dant, ras­su­rez­vous, la grande ma­jo­ri­té des élèves « d’amé­dée » était bien dis­ci­pli­née, contrainte et for­cée… Nous dé­cou­vri­rons ça di­manche pro­chain.

SOU­VE­NIRS. Au ly­cée Amé­dée-gas­quet, l’am­biance était bien moins po­li­cée que pou­vait lais­ser ima­gi­ner cette su­perbe en­ceinte… AR­CHIVE MI­CHEL WASIELEWSKI

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.