Cette terre té­moigne des hommes

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Clermont vivre sa ville - Pa­trick Ehme

Il est de ces pho­to­graphes qui re­gardent les pay­sages de la hau­teur des hommes pour y sai­sir l’em­preinte de ce qui, à même la terre, les fa­çonne.

Ne cher­chez pas les hommes, ils sont fort dis­crets. Tout juste, ici une sil­houette, ou bien là, un por­trait. Dis­crets et ce­pen­dant om­ni­pré­sents.

Ces hommes, de­vrait­on dire ces gens, pour qui la cam­pagne et la terre sont à la fois ber­ceau, pas­sion, tra­vail et mère nour­ri­cière.

Ces gens que l’on dit pay­sans dans un fran­çais qui se vou­drait an­cien et pour­tant bien vi­vant.

Ils sont là, ins­crits dans la brume des pay­sages que dé­voilent les images de Ni­co­las An­glade, comme une em­preinte in­dis­so­ciable de ces champs ou che­mins sur le­quel son re­gard s’est po­sé.

Là, dans la pé­nombre d’une étable où l’ani­mal nous scrute de son oeil bo­vin ; là, dans l’en­vol d’une ni­chée de cor­beau que cette im­mi­nence a sans doute dé­ran­gé ; là en­core dans une clô­ture qui court à tra­vers champs ou là en­ core dans ce pa­nier po­sé, or­phe­lin de ré­colte ou im­pa­tient d’un mar­ché ; là en­fin dans un por­trait d’émail, gage d’une mé­moire vou­lue in­al­té­rable sur une pierre tom­bale…

Ils sont là, in­vi­sibles et pour­tant évi­dents, dans les er­rances ou flâ­ne­ries en noir et blanc du pho­to­graphe cler­mon­tois as­si­gné vo­lon­taire à ré­si­dence pour un an en pays billo­mois.

Seize images pas plus, mais d’in­fi­nies nuances, vou­lues comme un carnet de notes des che­mins qu’il lui reste à cou­vrir, sur les traces de cette « pe­tite pay­san­ne­rie » qu’il se veut évo­quer et faire dé­cou­vrir.

« M’étant oc­troyé une to­tale li­ber­té d’ac­tion comme d’ap­proche, cette pre­mière res­ti­tu­tion me per­met d’en­vi­sa­ger les es­paces ou les di­gres­sions qui vont dé­sor­mais m’ins­pi­rer, note Ni­co­las An­glade. Je ne sou­hai­tais pas m’ins­crire dans le reportage mais plus dans l’évo­ca­tion. Et me lais­ser por­ter par les vi­bra­tions qui émanent de cette na­ture in­ti­me­ment liée à l’es­sence de nous­même. » Et ce pre­mier opus, nim­bé de brumes entre gris clairs et gris fon­cés ou pui­sant l’émo­tion dans des noirs pro­fonds, laisse pré­sa­ger d’une suite faite d’images in­tenses et poé­tiques.

A voir. Ad­ven­tice jour­nal de bord d’une ré­si­dence : ex­po­si­tion de Ni­co­las An­glage au lo­cal Pia­loux, 2 rue de la Gra­vière à Billom jus­qu’au 22 fé­vrier. Les lun­dis et sa­me­dis de 10 heures à 12 heures, les jeu­dis de 17 heures à 19 heures ou sur ré­ser­va­tion au 04.73.79.00.45. Suite pré­vue à la Mai­son gre­nouille à Pé­ri­gnat à par­tir du 31 mars.

NI­CO­LAS AN­GLADE. Une er­rance pho­to­gra­phique ter­rienne et poé­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.