Le pre­mier en­jeu, la par­ti­ci­pa­tion

Sept can­di­dats et l’es­poir de dé­pas­ser 1,5 mil­lion de vo­tants au­jourd’hui

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités -

Après une cam­pagne me­née au sprint, les sept can­di­dats à la pri­maire or­ga­ni­sée par le PS s’of­fraient une jour­née de re­lâche hier, à la veille d’un pre­mier tour au ré­sul­tat im­pré­vi­sible et dont la par­ti­ci­pa­tion est un en­jeu cru­cial

Un trio de tête se dé­tache dans les in­ten­tions de vote à la pri­maire de la mou­vance PS, dont le pre­mier tour se dé­roule au­jourd’hui. Il est com­po­sé de l’ex­pre­mier mi­nistre Ma­nuel Valls, qui s’est lan­cé en dé­cembre après le re­non­ce­ment de Fran­çois Hollande, et de deux re­pré­sen­tants des « fron­deurs » qui n’ont ces­sé de contes­ter la po­li­tique qu’il a me­née de­puis 2014, les an­ciens mi­nistres Be­noît Ha­mon et Ar­naud Mon­te­bourg.

Me­naces sur le vain­queur

Vincent Peillon, qui s’était mis en congé de la po­li­tique de­puis sa dé­mis­sion du gou­ver­ne­ment en 2014 avant de se lan­cer pour in­car­ner lui aus­si la gauche de gou­ver­ne­ment, semble dis­tan­cé. Mais la maire de Pa­ris Anne Hi­dal­go, son prin­ci­pal sou­tien, a pré­dit une « sur­prise » dans les urnes, lors de son seul mee­ting de cam­pagne ven­dre­di soir.

Tous quatre sont al­lés, avan­thier, une der­nière fois à la ren­ contre des élec­teurs avant de clore la cam­pagne, après avoir eu trois dé­bats té­lé­vi­sés en huit jours.

Ar­naud Mon­te­bourg a ap­pe­lé à une « al­liance » avec les deux prin­ci­paux can­di­dats de gauche ayant choi­si de res­ter à l’écart de la pri­maire, Jean­luc Mé­len­chon sur le flanc gauche du PS et Em­ma­nuel Ma­cron au centre. Deux hommes dont la po­pu­la­ri­té ac­tuelle me­nace la can­di­da­ture du vain­queur de la pri­maire, quel qu’il soit.

Cha­cun dans son fief

C’est pour­quoi les or­ga­ni­sa­teurs de la pri­maire es­pèrent qu’une mo­bi­li­sa­tion forte des élec­teurs pour­ra four­nir une dy­na­mique por­teuse au can­di­dat de la « Belle al­liance po­pu­laire », qu’il soit l’un des quatre res­pon­sables so­cia­listes en lice ou, plus im­pro­bable, la pré­si­dente du Par­ti ra­di­cal de gauche Syl­via Pi­nel ou l’un des deux éco­lo­gistes en com­pé­ti­tion, Fran­çois de Ru­gy et Jean­luc Ben­nah­mias.

Le pré­sident du Co­mi­té na­tio­nal d’or­ga­ni­sa­tion de la pri­maire, Ch­ris­tophe Bor­gel, table sur une par­ti­ci­pa­tion « plan­cher » de 1,5 mil­lion d’élec­teurs. Ce se­rait loin des 4,3 puis 4,4 mil­lions d’élec­teurs des deux tours de la pri­maire de la droite en no­vembre, et des 2,7 puis 2,9 mil­lions de vo­tants de la pri­maire PS de 2011.

Tho­mas Clay, pré­sident de la Haute Au­to­ri­té, s’est mon­tré re­la­ti­ve­ment op­ti­miste dans un en­tre­tien au Fi­ga­ro, hier, en no­tant que les Fran­çais de l’étran­ger pré­ins­crits pour cette con­sul­ta­tion étaient 16.000. « C’est trois fois plus qu’en 2011. Les Fran­çais aiment les pri­maires, ils ont en­vie de vo­ter », a­t­il as­su­ré.

Les can­di­dats iront vo­ter cha­cun dans son fief : Ar­naud Mon­te­bourg à Mon­tret (Saône­etLoire), Be­noît Ha­mon à Trappes (Yve­lines), Ma­nuel Valls à Évry (Es­sonnes), Vincent Peillon dans le Ve ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris, Syl­via Pi­nel à Cas­tel­sar­ra­sin (Tarn­et­ga­ronne), Fran­çois de Ru­gy à Nantes et Jean­luc Ben­nah­mias à Mar­seille.

Au to­tal, 7.530 bu­reaux de vote, soit moins qu’en 2011 (9.425) et moins que lors de la pri­maire de la droite (10.228), se­ront ou­verts. Il fau­dra ac­quit­ter 1 € pour pou­voir glis­ser son bul­le­tin dans l’urne.

PRÊTS. 7.530 bu­reaux de vote sont au­verts pour la pri­maire. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.