Du Su­per rug­by et Tou­lon au me­nu

L’ASM ré­gale et as­sure son quart de fi­nale à do­mi­cile

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports rugby - Ch­ris­tophe Bu­ron

Nu­mé­ro 1 de la pre­mière phase, Cler­mont a été éblouis­sant une mi-temps, sur­clas­sant Exeter dans la di­men­sion phy­sique et sur­tout dans la qua­li­té de son rug­by. Le quart de fi­nale en avril face à Tou­lon fait dé­jà sa­li­ver.

Fran­che­ment, jus­qu’à la 37e mi­nute, tout le monde, hor­mis ces pauvres An­glais d’exeter, était sur un nuage et il ne ve­nait à per­sonne, dans le stade, l’idée de re­gret­ter d’avoir bra­vé le froid pour ce spec­tacle de très, très haut ni­veau. Et puis, il y a eu cette grave bles­sure de Fo­fa­na (voir par ailleurs) qui a dou­ché l’am­biance. Ce­la n’a pas vrai­ment mis un coup de frein aux ar­deurs of­fen­sives cler­mon­toises, mais rien ne fut com­plè­te­ment pa­reil.

Car au­de­là de cette vi­laine bles­sure d’un joueur ma­jeur, Cler­mont ré­ci­tait alors un jeu tout sim­ple­ment su­blime. Consul­tant sur bein sports sur ce match, l’an­cien in­ter­na­tio­nal cor­ré­zien Di­mi­tri Ya­ch­vi­li ana­ly­sait la per­for­mance of­fen­sive de L’ASM avec un éclat dans les yeux. « C’était pré­cis, bien hui­lé, spec­ta­cu­laire avec beaucoup de mou­ve­ments et d’ef­fi­ca­ci­té. Je me suis ré­ga­lé. Ils ont to­ta­le­ment dé­pas­sé les An­glais sur le rythme et dans l’en­ga­ge­ment phy­sique ».

Les dé­fer­lantes cler­mon­toises en­glou­tis­saient la dé­fense d’exeter et sans une ma­la­dresse de Fritz Lee (32e), L’ASM au­rait pro­ba­ble­ment ins­crit l’es­sai de l’an­née. Une ac­tion, à mille temps, qui lais­sa pan­tois tout ce que le Mi­che­lin comp­tait de spec­ta­teurs avec des ap­plau­dis­se­ments nour­ris mal­gré le bal­lon tom­bé par le nu­mé­ro 8 de Cler­mont, au­teur mal­gré ce­la d’un match énorme.

Pour Ya­ch­vi­li, L’ASM a joué, en pre­mière pé­riode, sur des stan­dards in­ter­na­tio­naux. « Leur rug­by est ba­sé sur la vi­tesse, il me fait pen­ser à ce­lui pra­ti­qué par les Blacks, les Aus­tra­liens et les An­glais. J’ai sur­tout été im­pres­sion­né par La­me­rat, le match aus­si de la deuxième ligne (Itur­ria, Va­haa­ma­hi­na) et, sur­tout, la pres­ta­tion de Par­ra qui a don­né le tem­po dans l’ani­ma­tion et la jus­tesse ».

Dès la 33e mi­nute, Cler­mont avait dé­jà son bo­nus of­fen­sif en poche, sy­no­nyme de place de nu­mé­ro 1 dans le ta­bleau fi­nal. Ob­jec­tif at­teint, et avec la ma­nière. À ce mo­ment­là, Franck Azé­ma était un coach heu­reux. « C’est une pre­mière mi­temps qua­si par­faite avec beaucoup d’en­thou­siasme, beaucoup d’en­vie col­lec­tive et une fé­ro­ci­té dé­fen­sive, no­tam­ment quand on re­fuse de prendre l’es­sai sur la fin. Bien sûr que voir ce­la me fait plai­sir, c’était très abou­ti et tu as de la sa­tis­fac­tion quand tu ar­rives à re­pro­duire en match ce que tu tra­vailles ».

Cette dé­mons­tra­tion de jeu, es­tam­pillée « Su­per rug­by », a plu à Mor­gan Par­ra mais le nu­mé­ro 9 de L’ASM res­tait pru­dent dans son dis­cours. « C’est vrai que c’était beau à voir, mais je prends sur­tout mon pied quand on gagne. J’ai connu des pé­riodes où l’on pra­ti­quait du beau jeu, j’ai sou­vent en­ten­du que l’on était une équipe spec­ta­cu­laire, mais on n’a pas vrai­ment été ré­com­pen­sé au bout. Alors… ». Alors, ren­dez­vous dé­jà au prin­temps, et ce quart face à Tou­lon qui fe­ra cou­ler de l’encre et beaucoup par­ler.

« Ce jeu me fait pen­ser aux Blacks, aux Aus­tra­liens… » Di­mi­tri Ya­ch­vi­li

DÉ­BOR­DÉS. Les An­glais d’exeter (maillot blanc) se sont ac­cro­chés aux branches… ici celles d’aben­da­non, mais le rug­by cler­mon­tois, hier, en pre­mière pé­riode, al­lait bien trop vite pour eux. PHO­TO RI­CHARD BRUNEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.