Tho­mas Sa­vare : « Être dans les six » les sai­sons pro­chaines

Stade Fran­çais

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports auvergne -

Le Stade Fran­çais, qui « dé­marre un nou­veau cycle » avec le dé­part an­non­cé de son entraîneur Gon­za­lo Que­sa­da et de nom­breux joueurs cadres, de­vra « être dans les six » pre­miers du Top 14 lors des sai­sons à ve­nir, a dé­cla­ré son pré­sident Tho­mas Sa­vare.

Votre club vient d’es­suyer sa pre­mière dé­faite à Jeanbouin face à Tou­louse (15-18) et pointe à la 10e place. La phase fi­nale est-elle tou­jours ac­ces­sible ? Ce­la va être très com­pli­qué. C’est tou­jours pos­sible mais il va fal­loir jouer mieux que comme on joue ré­cem­ment.

Les cadres sur le dé­part (Sli­ma­ni, Dou­may­rou, Bonneval, La­ka­fia...) évoquent un pacte des an­ciens pour réus­sir leur der­nier prin­temps pa­ri­sien. Ce­la a-t-il du sens pour vous ? Ouais, j’ai­me­rais bien le voir sur le ter­rain... C’est un peu anec­do­tique. Tout joueur pro­fes­sion­nel a en­vie de jouer à fond, même si c’est sa der­nière sai­son. Mais très fran­che­ment, je trouve qu’on ne joue pas très bien. C’est l’équipe glo­bale, il ne s’agit pas de poin­ter tel ou tel joueur. On ne joue pas au ni­veau de l’ef­fec­tif qui est ce­lui du Stade Fran­çais.

Pour­quoi ces joueurs s’en vont-ils ? Chaque joueur est un cas par­ti­cu­lier. C’est sûr qu’il y a une in­fla­tion des sa­laires en ce mo­ment, en par­ti­cu­lier au­tour des JIFF (Joueurs Is­sus des Fi­lières de For­ma­tion). Il se trouve qu’on a pas mal de bons joueurs JIFF qui ont éclos au Stade Fran­çais. Après, il y a des choix per­son­nels de vie, de car­rière spor­tive. C’est la vie nor­male du sport pro­fes­sion­nel.

Avez-vous eu peur que tout le monde quitte le na­vire? Non. Dé­jà, tout le monde n’est pas en fin de contrat. C’est le signe qu’il faut dé­mar­rer un nou­veau cycle. On en a pris acte.

Comment s’est dé­ci­dé le dé­part de Gon­za­lo Que­sa­da ? On s’est aper­çus, lui et moi, que c’était pro­bable­ ment la bonne dé­ci­sion. Re­par­tir sur un nou­veau cycle, je ne suis pas sûr que Gon­za­lo en ait eu très en­vie, et nous non plus. On est ar­ri­vés tous les deux à la même con­clu­sion.

Quels sont les axes que vous avez fixés à votre fu­tur entraîneur Greg Coo­per ? Le jeu, c’est très clair : un jeu d’at­taque, de vi­tesse, am­bi­tieux, qui cor­res­pond au rug­by mo­derne. On veut s’ap­puyer sur beaucoup de jeunes, avec un état d’es­prit ir­ré­pro­chable. Il y a un cer­tain nombre de joueurs qui vont par­tir, et un nombre de joueurs im­por­tants qui vont ar­ri­ver éga­le­ment. Nous al­lons re­par­tir sur la for­ma­tion, pas seule­ment des jeunes, des joueurs confir­més aus­si.

Quel se­ra l’ob­jec­tif ? Tou­jours pa­reil, de se qua­li­fier (pour la phase fi­nale). Bien en­ten­du, il faut vi­ser un titre. Mais il faut être res­pon­sable : pour vi­ser un titre, il faut être dans les six (pre­miers de la phase ré­gu­lière). La réa­li­té, c’est qu’il y a au­jourd’hui dans le Top 14 dix équipes qui ont la ca­pa­ci­té d’être cham­pion, d’être dans les six. Bien en­ten­du, une fois que vous êtes dans les six, vous rê­vez du titre.

Où en est votre re­cru­te­ment pour la sai­son à ve­nir ? Ce n’est pas bou­clé. Il y a en­core des pi­liers, des deuxième ligne et des trois­quarts à ve­nir. Il y au­ra un peu de JIFF, et un peu de joueurs étran­gers.

Se­lon les es­ti­ma­tions, le club avait en dé­but de sai­sonle3e bud­get­du Top 14... (Il coupe) Ces chiffres­là n’ont pas beaucoup de si­gni­fi­ca­tion dans la me­sure où il y a pas mal de clubs qui ont des bud­gets sur dif­fé­rentes en­ti­tés. Il faut plu­tôt com­pa­rer les masses sa­la­riales. Je pense qu’on est plu­tôt 5­6e.

Gar­de­rez-vous ce ni­veau d’en­ga­ge­ment pour le cycle à ve­nir ? On va res­ter à peu près dans les mêmes zones, mais on ne va pas aug­men­ter, ça c’est sûr.

RE­GARD. Tour­né vers l’ave­nir pour Tho­mas Sa­vare, le pré­sident du Stade Fran­çais. PHO­TO RI­CHARD BRUNEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.