Bold sur les traces du grand Meaulnes

Ces deux grands cham­pions trot­teurs ont l’au­vergne et d’autres points en com­mun

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région Actualité - Tan­guy Ol­li­vier tan­guy.ol­li­vier@cen­tre­france.com

Le cham­pion Bold Eagle, qui dis­pute cet après-mi­di le prix d’amé­rique, au­ra des sup­por­ters en Au­vergne où son pro­prié­taire a tra­vaillé. Mais le seul che­val 100 % au­ver­gnat à avoir rem­por­té la plus belle course au trot s’ap­pelle Meaulnes du Cor­ta et est né près de Montluçon.

Cet après­mi­di à Vin­cennes, les meilleurs trot­teurs du monde se­ront au dé­part du Prix d’amé­rique. Par­mi eux, Bold Eagle, te­nant du titre et pro­prié­té de Pierre Pi­lars­ki. Nous l’avons com­pa­ré à un autre cham­pion, Meaulnes du Cor­ta, éle­vé dans l’al­lier par Pierre Mo­rand.

Au­ver­gnats… ou presque. 1 La ca­saque rouge aux bras­sards et épau­lettes noirs de Bold Eagle porte en elle un pe­tit bout d’au­vergne : après avoir dé­bu­té sa car­rière pro­fes­sion­nelle comme di­rec­teur fi­nan­cier au Jour­nal du Centre à Ne­vers, son pro­prié­taire Pierre Pi­lars­ki s’est lan­cé dans la res­tau­ra­tion ra­pide en ache­tant son pre­mier Mc Do­nald’s en 1991… à Mou­lins.

Mais la gloire hip­pique, la vraie, la ré­gion l’a connue en 2009 grâce à Meaulnes du Cor­ta qui a rem­por­té la my­thique épreuve au trot at­te­lé. Ce « crack » est né à Cha­ze­mais, à une ving­taine de ki­lo­mètres de Montluçon, où il a été éle­vé par Pierre Mo­rand. « Quand on rem­porte une telle épreuve, c’est in­ex­pli­cable. C’est ce dont tout le monde rêve », confie l’éle­veur, que nous avons pu joindre ven­dre­di.

Des pal­ma­rès hors du 2 com­mun. Meaulnes du Cor­ta, qui est dé­sor­mais éta­lon en Nor­man­die, a rem­por­té huit groupes I et douze groupes II, les courses les plus im­por­tantes du pro­gramme. « Il a ga­gné plus de 2,7 mil­lions d’eu­ros », rap­pelle Pierre Mo­rand.

Bold Eagle, qui n’a que six ans, to­ta­lise dé­jà huit groupes I et douze groupes II. Son « compte en banque » est rem­pli de près de 3,2 mil­lions d’eu­ros de gains. Il gon­fle­ra de 500.000 eu­ros sup­plé­men­taires en cas de vic­toire cet après­mi­di.

Deux rou­leaux com­pres­seurs. 3 Meaulnes du Cor­ta – ain­si bap­ti­sé en hom­mage au per­son­nage d’alain­four­nier dont l’his­toire dé­bute à Épi­neuil­le­fleu­riel à la fron­tière du Cher et de l’al­lier – était­il meilleur que Bold Eagle ? « Les gens vous di­ront que non, mais ce n’est pas sûr », souffle Pierre Mo­rand. « C’était un pou­lain ca­rac­té­riel, on a vu que c’était un cham­pion quand il a com­men­cé à cou­rir. Il avait une te­nue à toute épreuve et ga­gnait gé­né­ra­le­ment à la ma­nière des forts : en fai­sant la course en tête ! »

Bold Eagle est éga­le­ment ca­pable d’as­su­mer le train de la course. Mais il peut tout aus­si bien at­tendre et pla­cer une ac­cé­lé­ra­tion fou­droyante dans le der­nier vi­rage de Vin­cennes.

Des ra­cines com­munes. 4 Drôle de coïn­ci­dence : l’ar­rière­grand­mère de Bold Eagle, Perle du Cor­ta, a été éle­vée par… la fa­mille Mo­rand. Un lien de pa­ren­té qui fait évi­dem­ment battre le coeur de Pierre Mo­rand. Ce der­nier a même fait saillir une des ju­ments de l’écu­rie dont il s’oc­cupe à Saint­di­dier­la­fo­rêt, près de Vi­chy, par le cham­pion de Pierre Pi­lars­ki ! Le fu­tur cham­pion n’est pas en­core né.

Le même dri­ver. Franck 5 Ni­vard, sur­nom­mé « Fran­cky la main froide », est peut­être le meilleur dri­ver fran­çais du mo­ment. Il a rem­por­té son pre­mier Prix d’amé­rique en 2009 avec Meaulnes du Cor­ta, et c’est aus­si le par­te­naire at­ti­tré de Bold Eagle.

Pra­tique. La course est re­trans­mise à par­tir de 16 heures sur TF1 et Equi­dia.

CHAM­PIONS. Meaulnes du Cor­ta et Bold Eagle (pre­mier plan) ont plu­sieurs choses en com­mun. Et d’abord le dri­ver qui leur a per­mis de rem­por­ter le prix d’amé­rique, Franck Ni­vard. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.