Treize mi­neurs en­core en at­tente

Plus de la moi­tié des mi­grants af­ghans sont par­tis

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy-De-Dôme Actualité - Oli­vier Cho­rusz­ko

Tous les mi­neurs af­ghans, ac­cueillis au centre tou­ris­tique d’ardes-sur-couze de­puis le 2 no­vembre, n’ont pas pu re­joindre le Royaume-uni.

Treize por­traits ta­pissent en­core les murs du bu­reau de Ma­rieNoëlle Hip­peau, la di­rec­trice du centre tou­ris­tique d’ardes­sur­couze. Ceux des treize mi­neurs af­ghans tou­jours pré­sents dans ce vil­lage du Cé­zal­lier, sur les 30 ac­cueillis le 2 no­vembre der­nier.

Les autres ? Onze mi­grants ont pu re­joindre un membre de leur fa­mille en An­gle­terre, en dé­cembre. Deux autres ont pu re­trou­ver un grand frère ou un cou­sin en Ir­lande. Quatre ont fu­gué.

In­com­pré­hen­sion

« Ceux qui sont en An­gle­terre ont gar­dé contact avec nous mais ils ne s’étalent pas trop sur leur vie, là­bas », confie Ma­rieNoelle Hip­peau. « D’une ma­nière gé­né­rale, ils sont très re­con­nais­sants de ce que l’on a fait pour eux. »

Un sou­tien loin d’être ter­mi­né. Le dé­part des uns ayant ren­du l’at­tente des autres plus com­pli­quée. « Ceux qui res­tent ne com­prennent pas pour­quoi leurs ca­ma­rades sont par­tis et pas eux. Les ser­vices de l’im­mi­gra­tion an­glais les ont re­fu­sés parce qu’ils les ont consi­dé­rés soit comme adultes, soit comme n’étant pas vul­né­rables, soit comme n’ayant pas de fa­mille as­sez proche. »

Or, se­lon Ma­rie­noëlle Hip­peau, près de la moi­tié ont bel et bien de la fa­mille proche en An­gle­ter­ re, « la­quelle se de­mande aus­si ce qui se passe. » La di­rec­trice a en­ta­mé des dé­marches au­près d’une as­so­cia­tion bri­tan­nique spé­cia­li­sée dans la cause des ré­fu­giés, pour ten­ter de dé­blo­quer la si­tua­tion. « J’ai fait écrire une lettre à chaque mi­neur. C’est mon der­nier com­bat. »

Car la date bu­toir du 28 fé­vrier, à la­quelle l’ac­cueil des mi­neurs doit prendre fin à Ardes­surCouze, ap­proche. Qu’ad­vien­dra­t­il des jeunes qui n’au­ront pas trou­vé de so­lu­tion au Royaume­uni ?

« Les ser­vices so­ciaux fran­çais sont pas­sés la se­maine der­nière. Mais les ré­ponses res­tent vagues. Il ne reste vi­si­ble­ment plus de places nulle part. »

En at­ten­dant, la vie conti­nue pour ces ados du bout du monde, au mi­lieu des mon­tagnes en­nei­gées du Cé­zal­lier. Entre lec­ture sur Fa­ce­book, pa­po­tages au­tour du thé, ac­ti­vi­tés spor­tives, sor­ties en ville… Et es­poir d’un ave­nir meilleur.

ES­POIR. L’at­tente est de­ve­nue plus com­pli­quée pour les mi­grants qui n’ont pas pu re­joindre le Royaume-uni. Mais l’am­biance reste bonne au centre tou­ris­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.