Une autre his­toire de notre His­toire

Un col­lec­tif de 122 his­to­riens re­vi­site l’his­toire de France et la re­place dans l’his­toire du monde. Une his­toire qui bous­cule les codes scien­ti­fiques et ra­conte avec plai­sir, conci­liant nar­ra­tion et ana­lyse cri­tique.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Ber­nard Sté­phan ber­nard.ste­phan@cen­tre­france.com

Àl’heure où on parle tant d’iden­ti­té, rien n’est plus sa­lu­taire que ce gros livre qui re­vi­site l’his­toire de France à l’aune du monde. C’est un ré­cit qui re­noue avec les his­toires de l’his­toire, qui re­place les évé­ne­ments na­tio­naux dans le mou­ve­ment du monde. C’est donc bien un ré­cit des grands mo­ments qui com­prennent l’in­fluence des mé­tis­sages, de la mixi­té, des idées ve­nues d’ailleurs, qui partent ailleurs, des in­fluences croi­sées qui ont fait la France et qui ont fait le monde.

Alors que contient ce livre ? Ré­ponses en sept ques­tions : 1

Y a-t-il une ch­ro­no­lo­gie ? Oui, il y a une fi­dé­li­té au dé­rou­lé chro­no­lo­gique en 140 dates qui sont le pré­texte aux 140 no­tices. On com­mence en 34000 avant notre ère (quand l’homme de la grotte Chau­vet des­sine sur les murs de la ca­verne) et on ar­rive en 2015 avec le re­tour du dra­peau tri­co­lore aux fe­nêtres. 2

Qu’est-ce qui est nou­veau ? Ce qui est nou­veau c’est l’étude des mou­ve­ments des hommes, des pro­duits et des idées, c’est l’in­ter­con­nexion entre l’his­toire de France et l’his­toire du monde. C’est aus­si l’in­té­gra­tion de no­tions comme la mon­dia­li­sa­tion ou l’éco­lo­gie. C’est donc re­gar­der le pas­sé avec nos yeux du pré­sent. 3

Y a-t-il des ap­proches sur­pre­nantes ? Oui, par exemple le gé­né­ral de Gaulle n’ap­pa­raît pas le 18 juin 1940 mais le 28 août 1940 quand « Braz­za­ville de­vient ca­pi­tale de la France libre. » Le gé­né­ral de Gaulle cher­chait un lieu, une terre qui soit une base pour la re­con­quête. C’est dans l’em­pire qu’il trouve ce lieu. « […] l’em­pire co­lo­nial de la France com­bat­tante al­lait croître au fur et à me­sure que Vi­chy per­dait le sien ; en 1944 seule l’in­do­chine res­tait en de­hors du gi­ron. » 4

Et le chan­ge­ment cli­ma­tique ? On en a beau­coup par­lé en… 1 816 ! C’est une très mau­vaise an­née dite « sans été ». La rai­son est l’érup­tion d’un vol­can sur l’île de Ja­va (le Tam­bo­ra) en avril 1815 qui dif­fuse dans l’at­mo­sphère de toute la pla­nète des aé­ro­sols sou­frés à l’ori­gine du re­froi­dis­se­ment et de l’ex­cès de pluie. 1816 et 1817 cor­res­pondent à la der­nière grande crise de sub­sis­tance du conti­nent en rai­son des mau­vaises ré­coltes de cé­réales. Et on com­mence à par­ler de chan­ge­ment cli­ma­tique et à dé­non­cer la dé­fo­res­ta­tion qui frappe alors la France. 5

La France a-t-elle failli dis­pa­raître ? Pour le di­rec­teur de l’ou­vrage, il y a deux dates im­por­tantes dé­ve­lop­pées dans le livre. C’est 1420 et 1940. Deux dates qui, se­lon Pa­trick Bou­che­ron, marquent deux mo­ments où la na­tion au­rait pu dis­pa­raître. En 1420 c’est le Trai­té de Troyes. On l’a ap­pe­lé « l’in­fâme trai­té de Troyes » qui vient sanc­tion­ner la ter­rible dé­faite d’azin­court du 25 oc­tobre 1415. Avec ce trai­té, le Royaume de France au­rait pu se fondre avec la Cou­ronne d’an­gle­terre dans une seule en­ti­té. En 1940 c’est dif­fé­rent. C’est la me­nace de des­truc­tion qui a pe­sé sur la Ré­pu­blique. 6Oui, Y a-t-il des sur­prises ?

par exemple la no­tice de 1539. elle dé­crypte l’or­don­nance de Villers­cot­te­rêts, tou­jours en vi­gueur (!), qui fait obli­ga­tion d’écrire le droit en « lan­gage ma­ter­nel fran­çais ». Mais con­trai­re­ment aux ex­tra­po­la­tions, il n’a ja­mais été dit que les langues ré­gio­nales étaient ex­clues. « […] et puisque tous les fran­çais parlent une langue qui leur est ma­ter­nelle, celle de leur pro­vince, et que les provinces sont fran­çaises, chaque dia­lecte est un

lan­gage ma­ter­nel fran­çais […] », écrit l’his­to­rien Pa­trick Bou­che­ron, au­teur de la no­tice. 7

Qu’est-ce que l’his­toire glo­bale ? L’his­toire glo­bale est for­cé­ment contem­po­raine de la mon­dia­li­sa­tion. Elle re­si­tue l’his­toire de France dans le con­cert des grands mou­ve­ments du monde. Elle in­tègre “l’ef­fet pa­pillon” ain­si ex­pli­qué par le di­rec­teur de l’ou­vrage : « Le coup d’état du gé­né­ral Pi­no­chet en 1973, cet “autre 11 sep­tembre”, n’est­il pas aus­si une date de l’his­toire fran­çaise, dans la me­sure où cet évé­ne­ment pro­duit dans les consciences po­li­tiques une en­taille pro­fonde ? »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.