« Pe­ne­lo­pe­gate »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 Jours En Politique - Jean-charles Sain­tonge

Evo­quant « l’af­faire Fillon », El País s’amuse de la re­te­nue des po­li­tiques fran­çais dans leurs com­men­taires. La gêne est dans tous les par­tis, note le ma­dri­lène qui égrène la liste des pro­fils re­cru­tés par de nom­breux par­le­men­taires : « femmes, en­fants, ne­veux, cou­sins, maî­tresses »… Nul pro­pos vé­hé­ment du FN sur Fillon, feint-il de s’éton­ner avant de rap­pe­ler que le FN fait l’ob­jet d’une en­quête ju­di­ciaire sur ses as­sis­tants eu­ro­péens à Stras­bourg. Le Frank­fur­ter All­ge­meine Zei­tung a une autre ex­pli­ca­tion. Sous le titre « L’hu­meur cham­pagne de Le Pen », il constate que « le ri­val le plus dan­ge­reux de Ma­rine Le Pen se trouve sous pres­sion ». « Il ne pou­vait rien ar­ri­ver de mieux pour le FN. L’ex­trême droite n’at­tend plus que l’au­to­des­truc­tion de Fillon. » « Jus­qu’ici fa­vo­ri de la pré­si­den­tielle, il connaît son pre­mier et grave pé­pin dans la course à l’ély­sée », juge le mi­la­nais Cor­riere del­la Se­ra. Les mots pèsent lourds. Le tu­ri­nois La Stam­pa fait la même ré­fé­rence – au pas­sé – à son sta­tut de fa­vo­ri. L’iro­nie (sou­vent pré­sente dans les com­men­taires de la presse eu­ro­péenne sur l’af­faire) est mor­dante. Mme Fillon a « amas­sé un pe­tit tré­sor », écrit La Stam­pa, « elle de­vra four­nir les preuves de son obs­cur tra­vail ». L’af­faire est d’au­tant plus em­bar­ras­sante pour Fillon qu’il « se veut can­di­dat an­ti-sys­tème, l’an­ti­dote hon­nête, aus­tère, ir­ré­pro­chable aux an­nées de scan­dales de cor­rup­tion dans la droite fran­çaise », écrit The Guar­dian qui ne ré­siste pas à la ten­ta­tion de rap­pe­ler le sur­nom de Pe­ne­lope Fillon : Pen­ny (mot qui dé­signe aus­si une pièce de mon­naie bri­tan­nique…).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.