Une re­prise toute en beau­té !

3­1 pour Au­rillac

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports Auvergne - Gé­rard Bouysse

Si Au­rillac ma­ni­fes­tait un peu plus d’ar­deur au com­bat, af­fi­chait de meilleures in­ten­tions, se mon­trait un tan­ti­net plus ins­pi­ré, il n’y avait tout de même pas de quoi fouet­ter un chat ! Pour une re­prise, un mois et de­mi après sa der­nière sor­tie à Li­mo­nest, c’était une re­prise avec son lot d’ap­proxi­ma­tions, d’im­pré­ci­sions et toutes les cir­cons­tances at­té­nuantes ac­com­pa­gnant ce type de contexte.

Pour au­tant, tout au long de cette in­tro­duc­tion qu’il do­mi­na à dé­faut de to­ta­le­ment maî­tri­ser, Au­rillac se tailla la part du lion. Avec un sup­plé­ment de réus­site, cer­tai­ne­ment d’op­por­tu­nisme, peut­être d’adresse, il au­rait dû pu­nir un Bas­tia d’une sur­pre­nante dis­cré­tion. Ce fut tout d’abord Gour­gaud, le dé­fen­seur cen­tral du cru, qui se mé­lan­gea les pin­ceaux à la conclu­sion d’une si­tua­tion confuse suite à un coup franc frap­pé dans la boîte par Si­mon (25e). Puis six mi­nutes plus tard, ce fut au tour de Mbim­ba, un autre dé­fen­seur de la mai­son rouge, de dé­vis­ser un tir en pi­vot à six pas de Vin­cen­si­ni (31e), le gar­dien corse, qui tout compte fait n’avait pas eu à ef­fec­tuer le moindre ar­rêt.

Cette paire de vel­léi­tés n’eut pas le don de per­mettre aux Au­rilla­cois de po­ser leur griffe sur cette ren­contre pas plus que de fra­gi­li­ser des Corses qui al­laient se mettre dans le sens de la marche, là en­core à dé­faut de confir­mer leur ré­pu­ta­tion of­fen­sive et d’in­quié­ter Har­dy bien pla­cé sur un coup franc de Sy sur la seule ten­ta­tive ca­drée des vi­si­teurs (26e).

« Boo­ba » Ko­né ouvre la voie

Peu avant la pause Mbim­ba se re­trou­va en­core en po­si­tion fa­vo­rable, tou­jours à la conclu­sion d’une balle ar­rê­tée, la troi­sième, sans da­van­tage de suc­cès que les pré­cé­dentes. Au­rillac et Bas­tia re­ga­gnaient ain­si les ves­tiaires bras des­sus­bras des­sous.

Les Au­ver­gnats dis­po­sèrent d’une su­perbe car­touche si­tôt re­ve­nus sur le rec­tangle, mais Vin­cen­si­ni se cou­cha promp­te­ment pour stop­per la frappe de Si­mon, aler­té par Diop. Au­rillac ap­puyait sur l’ac­cé­lé­ra­teur et qua­si­ment dans la fou­lée, Ma­ma­dou Ko­né adres­sait une passe dé­ci­sive à son ho­mo­nyme « Boo­ba » dont le plat du pied ne lais­sait au­cune chance au gar­dien in­su­laire (48 ). La joie des Au­rilla­cois fut tou­te­fois de courte du­rée. Deux mi­nutes à peine ve­naient de s’écou­ler que Trao­ré, lé­gè­re­ment ex­cen­tré, ex­pé­diait un mis­sile de 30 mètres pour bap­ti­ser Har­dy et éga­li­ser au prix d’un réa­lisme dé­ca­pant.

Le jeu s’équi­li­bra, les échanges aus­si avant qu’un coup franc de Si­mon ne soit mal­en­con­treu­se­ment dé­vié par Vin­ci et sur­prenne Vin­cen­si­ni à la 67e. Au­rillac re­pas­sait de­vant. Les Can­ta­lous étaient même tout près de « brea­ker » mais coup sur coup Crou­zat et Si­mon échouaient sur le n°1 corse (68e). Bas­tia do­mi­né, s’avé­rait tou­jours aus­si peu créa­tif, in­of­fen­sif et s’ex­po­sait aux piques au­rilla­coises qui man­quaient de pré­ci­sion pour éli­mi­ner dé­fi­ni­ti­ve­ment le sus­pense. À l’image de Si­mon ne par­ve­nant pas à bo­ni­fier un ser­vice pla­teau de Crou­zat avant que Chauve ne pro­fite d’une grosse toile des dé­fen­seurs bas­tiais pour cette fois as­su­rer une vic­toire mé­ri­tée.

VIC­TOIRE. Au­rillac, do­mi­na­teur, s’est lo­gi­que­ment im­po­sé face à Bas­tia (B). PHO­TO LU­CIE PAU­LUS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.