Psg-mo­na­co, le choc des princes

Les Pa­ri­siens re­çoivent les Mo­né­gasques, ce soir

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports L'actu Nationale -

Coude à coude ou coup d’etat ? Une vic­toire du PSG, et c’est un sus­pense to­ta­le­ment re­lan­cé en vue du titre ; une vic­toire de Mo­na­co, et c’est une nou­velle in­flexion dans l’his­toire de la L1 : la cou­ronne du foot fran­çais va­cille­ra ce soir (21 h) au Parc des Princes.

Un nul per­met­trait à L’ASM de conser­ver son lea­der­ship et ses trois lon­gueurs d’avance sur le club de la ca­pi­tale, mais elle pour­rait alors être re­jointe au clas­se­ment par le troi­sième lar­ron du po­dium, Nice, s’il bat Guin­gamp plus tôt dans l’après­mi­di.

Pa­ris et Mo­na­co, 1er et 3e plus gros bud­gets de L1, sont en­core en­ga­gés sur les quatre ta­bleaux, avec des ren­dez­vous haut de gamme en pers­pec­tive res­pec­ti­ve­ment contre le FC Bar­ce­lone et Manchester Ci­ty en 8es de fi­nale de la Ligue des cham­pions, et des re­trou­vailles pré­vues en fi­nale de la Coupe de la Ligue le 1er avril.

« Ce n’est pas un match dé­ci­sif, parce que ce n’est qu’après 21 jour­nées, mais ce se­ra très im­por­tant. Après, le che­min ne se­ra pas le même que l’on ga­ gne, perde ou fasse nul », a sou­li­gné l’en­traî­neur Unai Eme­ry, dé­jà les­té de 4 dé­faites en L1 et qui joue donc gros.

« Ce match ne chan­ge­ra pas les po­si­tions du Pa­ris et de Mo­na­co. On a trois points et l’avan­tage du goal­ave­rage. Ga­gner et prendre de l’avance se­rait une bonne chose. Mais on ne peut pas dire que ce se­ra dé­ci­sif », a re­la­ti­vi­sé en écho l’en­traî­neur Leo­nar­do Jar­dim, tan­dis que son at­ta­quant Fal­cao don­nait même à ce match « la même im­por­tance que ce­lui contre Nice, Lo­rient ou Metz ».

Cô­té pa­ri­sien, Mar­co Ver­rat­ti, le mi­lieu, bles­sé à un mol­let à l’en­traî­ne­ment de ven­dre­di, se­ra le grand absent. Un coup dur pour le PSG tant l’ita­lien avait re­trou­vé ses qua­li­tés de lea­der tech­nique. Mais Pa­ris a du banc, puisque c’est Adrien Ra­biot qui de­vrait prendre sa place en re­layeur droit, un joueur en pleine éclo­sion. « Ra­biot et Ver­rat­ti sont dif­fé­rents mais pas beau­coup », a avan­cé Eme­ry.

Le banc jus­te­ment s’est sin­gu­liè­re­ment étof­fé du cô­té de la ca­pi­tale. Au de­là des deux jeunes Gio­va­ni Lo Cel­so et Gon­ça­lo Guedes, sans doute trop justes pour ce soir, la ve­nue du cham­pion du monde al­le­mand Ju­lian Drax­ler a été d’em­blée dé­ci­sive (deux buts en deux matchs, dont ce­lui de la vic­toire à Rennes), et a don­né un coup de fouet à An­gel Di Ma­ria, au­teur d’un dou­blé à Bor­deaux mar­di en Coupe de la Ligue et d’un net re­gain dans le jeu après une de­mi­sai­son mé­diocre.

Sa­chant que Drax­ler est re­mis de son pé­pin à un mol­let, le­quel des deux se­ra ali­gné pour épau­ler un Edin­son Ca­va­ni plus « Ma­ta­dor » que ja­mais (28 en 27 matchs cette sai­son) ?

Mo­na­co a pris soin en jan­vier de ne sur­tout pas dé­tra­quer sa belle mé­ca­nique et a lo­gi­que­ment pri­vi­lé­gié la sta­bi­li­té.

DI MA­RIA. Au­teur d’un dou­blé à Bor­deaux, le Pa­ri­sien est en forme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.