La­ville­nie ne pou­vait pas faire plus

Avec une barre à 5,50 m, à Rouen, hier soir

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports L'actu Nationale -

Très loin de ses stan­dards ha­bi­tuels, Re­naud La­ville­nie a lan­cé sa sai­son par une 7e place et une barre fran­chie à 5,50 m, hier, lors de l’étape rouen­naise du Perche Elite Tour, rem­por­tée par le Bré­si­lien Braz avec un saut à 5,86 m.

Une per­for­mance qui reste pa­ra­doxa­le­ment en­cou­ra­geante tant le Cler­mon­tois était en manque to­tale de ré­pères et de sauts après une pré­pa­ra­tion hi­ver­nale tron­quée.

Cer­taines images valent mieux que de grands dis­cours. Voir Re­naud La­ville­nie exul­ter, sau­ter dans tous les sens et avoir qua­si­ment les larmes aux yeux après avoir fran­chi un saut à sa troi­sième ten­ta­tive, ce­la n’a rien de nou­veau.

La scène a même sou­vent eu lieu après des bonds au­des­sus des six mètres, là où l’air de­vient ir­res­pi­rable pour le com­ mun des per­chistes. Hier, La­ville­nie a de nou­veau exul­té, sau­té par­tout et eu la larme à l’oeil. Mais cette fois, c’était après une 3e ten­ta­tive réus­sie... à 5,50 m ! Oui, 5,50 m. Une hau­teur à la­quelle il n’ef­fec­tue même pas ses en­trées de concours le reste du temps...

Deux séances dans les jambes seule­ment

Oui mais voi­là, Re­naud La­ville­nie n’était clai­re­ment pas en po­si­tion de faire beau­coup mieux ce sa­me­di. Em­por­té par sa fougue lors de son pre­mier stage d’avant­sai­son à la Réunion, le Cler­mon­tois s’est en ef­fet bles­sé au qua­dri­ceps dé­but dé­cembre. Ré­sul­tat ? Une pré­pa­ra­tion to­ta­le­ment gâ­chée et des pre­miers sauts perche en main ef­fec­tués il y a... quatre jours seule­ment !

Deux mi­ni­séances et trois heures d’en­traî­ne­ment (là où il en compte d’ha­bi­tude plus de 50 à ce stade de la sai­son d’ha­bi­tude) dans les jambes n’ont évi­dem­ment pas suf­fi au re­cord­man du monde pour re­trou­ver en un cla­que­ment de doigt les re­pères in­dis­pen­sables à une dis­ci­pline aus­si cli­nique que la perche.

C’est donc au cou­rage, à l’or­gueil, et au ta­lent éga­le­ment, que « Air La­ville­nie » a fran­chi suc­ces­si­ve­ment 5,20 m, 5,35 m et fi­na­le­ment 5,50 m (au 3e es­sai) dans une Kin­daa­re­na qui n’a ja­mais ces­sé de le sou­te­nir.

La barre à 5,60 m était en re­vanche celle de trop pour le cham­pion olym­pique 2012 qui a dû se ré­soudre à voir ses co­pains et ri­vaux s’ex­pli­quer à des marques plus conformes à un concours de stan­ding in­ter­na­tio­nal.

Au pre­mier rang de ces ri­vaux fi­gu­rait évi­dem­ment le Bré­si­lien Thia­go Braz, l’homme qui l’a dé­pos­sé­dé de son titre olym­pique l’été der­nier dans des cir­cons­tances ro­cam­bo­lesques. Le Bré­si­lien, sou­te­nu par le pu­blic nor­mand, c’est à re­le­ver, s’est im­po­sé avec un saut à 5,86 m.

Le duel an­non­cé face à Re­naud La­ville­nie n’a donc pas vrai­ment eu lieu. Au­ra­t­il lieu di­manche pro­chain lors de la deuxième édi­tion du Perche Elite Tour à Cler­mont­fer­rand ? C’est fort pro­bable. Les deux per­chistes y se­ront en­ga­gés et Re­naud La­ville­nie, chez lui, dans une Mai­son des Sports ac­quise à sa cause, au­ra sû­re­ment une en­vie dé­cu­plée. Et plu­sieurs heures d’en­traî­ne­ment en plus dans les jambes... Ce qui de­vrait faire une sa­crée dif­fé­rence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.