LA SE­MAINE DE JACQUES MAILHOT

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Septième Jour -

Alors que le chô­mage

semble re­par­tir à la hausse, il ap­pa­raît que la France est beau­coup plus douée pour créer des em­plois fic­tifs que des em­plois réels.

De Pe­ne­lope Fillon au­jourd’hui à Anne Hi­dal­go hier, d’alain Jup­pé a Jean­ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis en pas­sant par JeanPaul Hu­chon et tant d’autres tra­vailleurs mé­ri­tants, les élus fran­çais maî­trisent ad­mi­ra­ble­ment la fic­tion pro­fes­sion­nelle.

Face à un tel sa­voir-faire

et plu­tôt que de con­ti­nuer déses­pé­ré­ment à vou­loir créer de faux em­plois réels, tels les em­plois jeunes, ai­dés et autres fa­ri­boles, pour­quoi ne pas ac­cé­lé­rer et mul­ti­plier la créa­tion de vrais em­plois fic­tifs, do­maine où l’on semble tu­toyer l’ex­cel­lence ?

Ce ne se­rait pas plus oné­reux que le re­ve­nu uni­ver­sel que nous pro­pose Be­noît XVII et sur­tout plus va­lo­ri­sant pour leurs bé­né­fi­ciaires.

Entre un tra­vail soi­di­sant réel où l’on fait un tra­vail to­ta­le­ment fic­tif et un em­ploi réel­le­ment fic­tif où l’on n’a au­cun tra­vail réel, la dif­fé­rence est té­nue.

Alors cou­rage… En­core un ef­fort mo­ral et on fi­ni­ra par ter­ras­ser le chô­mage. Pour s’en convaincre, il suf­fit d’écou­ter un des meilleurs spé­cia­listes de la dis­ci­pline, Jean­noël Gue­ri­ni, qui dé­cla­rait avec ce prag­ma­tisme qu’on lui connaît : « Je dé­mis­sion­ne­rai de mes man­dats lorsque mes nom­breux ca­ma­rades dé­jà mis en exa­men ou con­dam­nés pour em­ploi fic­tif au­ront dé­mis­sion­né des leurs. » Ad­mi­rable…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.