Ni­veau te­nue ves­ti­men­taire, il vaut mieux évi­ter l’ef­fet Bi­ben­dum !

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Grand angle -

Abor­der sa sor­tie en mon­tagne, c’est donc pré­pa­rer son iti­né­raire, sa­voir se re­pé­rer et ne pas sur­es­ti­mer son groupe. C’est aus­si re­vê­tir la bonne te­nue et pos­sé­der le bon ma­té­riel.

Au­de­là de la ques­tion du style – per­sonne n’a ja­mais été sexy em­mi­tou­flé jus­qu’au cou et coif­fé d’un bon­net – il convient ain­si de trou­ver le juste mi­lieu pour évi­ter d’être sur ou sous­équi­pé.

Pro­té­ger les en­fants. Ac­com­pa­gna­teur en mon­tagne au Bu­reau des guides d’au­vergne, Jé­rôme Bernard in­siste tout d’abord sur les en­fants. « Ce sont eux les plus sen­sibles. » Au so­leil d’abord, un risque au­quel on ne pense pas for­cé­ment.

In­ves­tir in­tel­li­gem­ment

Entre le mé­lange ul­tra­vio­lets et ré­ver­bé­ra­tion en­gen­drée par la neige, la crème so­laire et les lu­nettes de so­leil de­viennent in­dis­pen­sables. « Les en­fants sont de mieux en mieux équi­pés », re­mar­ que­t­il ce­pen­dant. « Mais nos tou­ristes viennent prin­ci­pa­le­ment du quart nord­ouest du pays. Ils n’ont pas sou­vent tous l’équi­pe­ment né­ces­saire et ils se disent que pour une se­maine dans l’an­née, ce­la ne sert à rien d’in­ves­tir de­dans. » Pour­tant, ra­quettes à neige et ski de ran­don­née, à l’in­verse du ski al­pin, sont des sports ac­tifs.

Évi­ter d’être sur­équi­pé. « Dès le dé­part, les gens ont ten­dance à trop s’ha­biller. Comme dans nos par­cours, on com­mence sou­vent par une mon­tée avant de fi­nir par la des­cente, ils ont ra­pi­de­ment trop chaud. » Le prin­cipe est donc d’évi­ter la trans­ pi­ra­tion dès le dé­but de la sor­tie en gar­dant une couche sèche et s’ha­biller plus pour la des­cente. « C’est là où on at­trape froid ! » Si pour beau­coup l’au­vergne, c’est le Bi­ben­dum Mi­che­lin, pas be­soin pour au­tant de se vê­tir comme lui au mo­ment de la ran­don­née en mul­ti­pliant les couches épaisses de vê­te­ments, une dou­doune et une ca­goule, dé­taille l’ac­com­pa­gna­teur en mon­tagne.

La mé­thode des trois couches. Si pour le bas, un pan­ta­lon de ski, im­per­méable, suf­fit, c’est pour le haut du corps qu’il convient d’équi­li­brer les couches avec in­tel­li­gence.

Jé­rôme Bernard conseille une pre­mière couche lé­gère. « Il faut évi­ter le co­ton car il reste mouillé et ne tient pas chaud, contrai­re­ment à la laine qui, même mouillée, tient chaud. »

En deuxième couche, il pré­co­nise une po­laire par­des­sus et en­fin une veste im­per­méable. « C’est l’en­semble de base. » Au­quel il rap­pelle l’im­por­tance de mettre une grosse veste dans son sac, « au cas où. »

Gar­dez les pieds au chaud. Au pied, des chaus­sures de ran­don­née suf­fissent. « Mais il faut qu’elles soient mon­tantes et imperméables. » D’une part pour te­nir la che­ville droite et aus­si pour conser­ver les pieds secs.

LO­CA­TION. Dans les sta­tions, en plus de la lo­ca­tion de ra­quettes, les res­pon­sables louent aus­si des mo­dèles com­pre­nant une chaus­sure mon­tante. PHOTO FRANCIS CAMPAGNONI

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.