Le ver­rou de Pou­tès va en­fin sau­ter

Après un an de doute, les tra­vaux vont re­dé­mar­rer cette an­née au bar­rage du haut Al­lier

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Dossier retour du saumon d'allier - Lio­nel Cio­chet­to lio­nel.cio­chet­to@cen­tre­france.com

Eta­lés sur six ans au lieu des quatre pré­vus ini­tia­le­ment, les tra­vaux du bar­rage vont vrai­ment dé­bu­ter cette an­née. Le nou­veau Pou­tès a été va­li­dé der­niè­re­ment. Il en­tre­ra en ser­vice en 2022.

En juin l’an­née der­nière, SOS Loire Vi­vante et la Fé­dé­ra­tion de pêche de la Haute­loire étaient mon­tées au cré­neau pour dé­non­cer le re­port des tra­vaux. Avec l’in­quié­tude que ce re­port ne s’ins­talle dans la du­rée.

Il n’en est rien au­jourd’hui. Les tra­vaux vont bien dé­bu­ter, sur le bar­rage de Pou­tès (Haute­loire), obs­tacle ma­jeur à la re­mon­tée des sau­mons vers leurs frayères du haut Al­lier.

Le pro­jet en lui­même n’a pas chan­gé sur le fond avec un ara­se­ment par­tiel du bar­rage pour conti­nuer à main­te­nir une pro­duc­tion hy­dro­élec­trique et fa­ci­li­ter le pas­sage des sau­mons. Mais c’est le pha­sage et le ca­len­drier des tra­vaux qui ont été mo­di­fiés, avec six an­nées de tra­vaux, de 2017 à 2022.

« Nous avions trois ob­jec­tifs : éti­rer les tra­vaux en trois épi­sodes pour di­vi­ser l’in­ves­tis­se­ment, com­men­cer ra­pi­de­ment les tra­vaux, dès 2017, et conser­ver la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té plus long­temps », ex­plique Syl­vain Le­cu­na, chef de pro­jet Al­lier à EDF. En per­met­tant d’avoir une an­née de pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té sup­plé­men­taire, EDF va pro­fi­ter de nou­velles re­cettes. Si le coût du chan­tier « n’a pas vrai­ment évo­lué », res­tant de l’ordre de 24 mil­lions d’eu­ros, c’est bien le pha­sage qui est dif­fé­rent.

Baisse de 6 mètres dès le mois de mars

Mais l’autre bonne nou­velle de ce pro­jet re­lan­cé, concerne sur­tout le sau­mon. « Nous al­lons amé­lio­rer les condi­tions de dé­va­lai­son du sau­mon de­puis le dé­but des tra­ vaux », pour­suit Syl­vain Le­cu­na. En ef­fet, et dès le mois de mars pro­chain, la re­te­nue de Pou­tès va être abais­sée de plus de 6 mètres pour ré­duire la taille du plan d’eau des deux tiers et l’ame­ner entre 600 et 900 mètres de lon­gueur. « Ce­la per­met­tra aux sau­mons de trou­ver plus fa­ci­le­ment la sor­tie. »

Le chan­tier se­ra vé­ri­ta­ble­ment lan­cé en juin 2017 avec la re­mon­tée des sé­di­ments (elle se pour­sui­vra l’été 2018) sur les rives de la re­te­nue « pour évi­ter qu’ils ne passent à l’aval lors des vi­danges né­ces­saires à la réa­li­sa­tion des tra­vaux sur le bar­rage » dé­taille EDF. Les tra­vaux au­ront donc prin­ci­pa­le­ment lieu sur les pé­riodes es­ti­vales. Le ni­veau de Pou­tès va donc faire « le yo­yo » pen­dant plu­sieurs an­nées avec un abais­se­ment prin­ta­nier pour fa­ci­li­ter la dé­va­lai­son puis une re­mon­tée à l’été pour les tra­vaux.

Pour les élus pré­sents der­niè­re­ment à Mo­nis­trold’al­lier, la va­li­da­tion en co­mi­té de sui­vi du nou­veau Pou­tès est une très bonne nou­velle.

« On a ren­dez­vous avec notre his­toire », s’en­thou­siasme le dé­pu­té Jean­ Pierre Vi­gier qui ne perd pas de vue l’ob­jec­tif « d’avoir une va­lo­ri­sa­tion de la pré­sence du sau­mon. On est en train de faire chan­ger les men­ta­li­tés. » Concer­nant les tra­vaux, le dé­pu­té es­pére « voir des en­tre­prises lo­cales tra­vailler » et « des re­tom­bées éco­no­miques » avec le chan­tier.

« En 2022, nous au­rons un parc na­tu­rel du sau­mon »

« Nous sommes sor­tis de l’im­passe », avoue Ro­ber­to Epple, pré­sident de SOS Loire Vi­vante, très re­mon­té en juin der­nier. « EDF a été trans­pa­rent avec nous. En 1992, on ti­rait la son­nette d’alarme en oc­cu­pant la cen­trale de Mo­nis­trol. C’est un pur mi­racle que le sau­mon soit en­core là. Nous avons per­du trois ans, mais le sau­mon est un ca­pi­tal na­tu­rel. En 2022, nous au­rons un parc na­tu­rel du sau­mon », af­firme en­core Ro­ber­to Epple.

Le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion de pêche rap­pelle que « le ver­rou po­li­tique a sau­té. Il ne reste que le ver­rou ré­gle­men­taire. Pour moi, la pêche du sau­mon est pos­sible. Il faut qu’il y ait suf­fi­sam­ment de pois­sons et une pêche bien en­ca­drée », ex­plique An­toine Lar­don.

OB­JEC­TIFS. Il est pré­vu un ara­se­ment par­tiel du bar­rage pour conti­nuer à main­te­nir une pro­duc­tion hy­dro­élec­trique mais suf­fi­sant pour fa­ci­li­ter le pas­sage des sau­mons.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.