Voyage en lit­té­ra­ture

Dans son ro­man Voyage avec Vi­la­ma­tas, Anne Serre s’amuse avec les fron­tières entre le réel et l’ima­gi­naire. Ju­bi­la­toire.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Pas­cale Fau­riaux pas­cale.fau­riaux@cen­tre­france.com

Une grande par­tie du nou­veau ro­man d’anne Serre, Voyage avec Vi­laMa­tas, se dé­roule dans des trains, où les voya­geurs ont tout le loi­sir de lais­ser va­ga­bon­der leurs pen­sées.

Ins­tal­lée dans le train pour Mon­tau­ban, où elle est in­vi­tée à par­ti­ci­per à un fes­ti­val lit­té­raire, l’au­teure a glis­sé dans son sac ache­té long­temps au­pa­ra­vant à Au­bus­son, l’un des der­niers ro­mans d’en­rique Vi­la­ma­tas. Mais c’est bien­tôt l’écri­vain es­pa­gnol lui­même qui est as­sis près d’elle dans le wa­gon !

Créa­tion ques­tion­née

Un dia­logue s’ébauche, sur la vie et le cha­grin, car « c’est lui qui fait tout », comme la nar­ra­trice le pen­se­ra quelques heures plus tard, quand elle se trou­ve­ra face aux lec­teurs à Mon­tau­ban. L’échange entre ces deux écri­vains porte aus­si sur leur mé­tier, la créa­tion.

La nar­ra­trice dé­crit ain­si « une pe­tite route sèche que le so­leil fait blanche et qui ser­pente sans ar­rêt, des prés verts, épais et mouillés où cir­cule une ri­vière », quelque part dans le Can­tal d’où est ori­gi­naire sa fa­mille. C’est là, quand elle marche sur cette route deux ou trois fois par an, qu’elle pré­pare ses livres. Plus tard, ailleurs, elle « ne fait que re­prendre et éla­bo­rer ce qui s’est fa­bri­qué là­bas ».

Les échanges entre la nar­ra­trice et l’écri­vain es­pa­gnol se pour­sui­vront à Mon­tau­ban, de chaque cô­té de la cloi­son d’un hô­tel, avant qu’une deuxième par­tie ne place car­ré­ment Vi­la­ma­tas en nar­ra­teur !

On re­trouve l’au­teure dans une der­nière par­tie si­tuée dans le train Cler­mont­pa­ris, où elle dé­cide d’écrire un troi­sième texte consa­cré à l’écri­vain es­pa­gnol… pour en fi­nir avec lui. L’oc­ca­sion de se sou­ve­nir qu’elle a dé­jà pro­cé­dé de ma­nière si­mi­laire avec Kaf­ka, dont elle a ado­ré l’oeuvre et l’uni­vers, avant de s’en dé­faire. Et, alors que le train n’est pas en­core ar­ri­vé à Ne­vers, ses pen­sées s’échappent à Naples, en com­pa­gnie d’un homme lors d’un voyage « réel », où elle avait croi­sé des per­son­nages de fic­tion.

Voyage avec Vi­la-ma­tas. D’anne Serre, Mer­cure de France, 144 pages, 14,80 €.

TRAIN. Idéal pour lire… et lais­ser libre cours à l’ima­gi­na­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.