« Il fal­lait être vi­gi­lant »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche -

« Avec le chan­ge­ment de ca­bines, la conduite est de­ve­nue plus souple ». Et au­to­ma­tique. An­cien conduc­teur qui a connu les deux ver­sions (avant et après 1989), Yves Tis­ser a sen­ti et ap­pré­cié la dif­fé­rence. « Avant, c’était de la vraie conduite. Si la ca­bine en mon­tée était pleine, et celle en des­cente vide, ce n’était pas la même conduite. Il fal­lait être vi­gi­lant. N’im­porte qui ne pou­vait pas la conduire », ex­plique l’an­cien tech­ni­cien, qui a fait par­tie des pre­miers em­bau­chés. « L’an­cienne ca­bine était équi­pée de frein du chariot per­met­tant aux ca­bi­niers de frei­ner de l’in­té­rieur. Des fois, ils se dé­clen­chaient tous seuls sans per­sonne dans la ca­bine. Du coup, il fal­lait ré­flé­chir à com­ment ga­gner la ca­bine pour la re­lan­cer… ». Une in­ter­ven­tion pour le moins folk­lo­rique voire pé­rilleuse. Yves Tis­ser a éga­le­ment fait par­tie de l’équipe de tech­ni­ciens qui a contri­bué aux tra­vaux du nou­veau té­lé­phé­rique, sous la hou­lette de Ro­ger Bé­rald.

TRA­VAUX. En juillet 1966, Georges Pom­pi­dou a vi­si­té le chan­tier du té­lé­phé­rique qu’il re­vien­dra inau­gu­rer en juin 1967. PHO­TO D’AR­CHIVES

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.