Quel feu d’ar­ti­fice à Baradel !

Aurillac passe L’ile Rousse à la moulinette (10­0), hier soir

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports auvergne - Gé­rard Bouysse

C’était le 14 juillet hier, à Baradel où un Aurillac ap­pli­qué et ef­fi­cace, a la­mi­né les Corses de L’ile Rousse : dix buts à zé­ro !

Du­rant 90… se­condes, l’ile Rousse se ré­vé­lèrent d’at­taque mais Aurillac se mit en ac­tion, com­men­ça son tra­vail de sape, se pro­cu­ra des oc­ca­sions et cette mon­tée en puis­sance, sans for­cer fran­che­ment son ta­lent, dé­bou­cha sur trois concré­ti­sa­tions en l’es­pace de huit pe­tites mi­nutes.

La suite, ce fut Si­mon qui l’écri­vit en bo­ni­fiant un centre de Diop (17e) puis en sur­pre­nant Cren­ dal dans un angle pour­tant fer­mé (22e). En deux temps et trois mou­ve­ments, Aurillac ve­nait de s’amé­na­ger une par­tie sur du ve­lours. Aurillac ne des­ser­ra pas son étreinte et Boo­ba Ko­né se trou­va à point nom­mé pour re­prendre dans un fau­teuil un centre de son ho­mo­nyme Ma­ma­dou (35e). Dans un match à sens unique, comme on en voit ra­re­ment à ce ni­veau, Boo­ba Ko­né (36e), Si­mon (42e), Ber­taux (43e) se heur­taient à un bon­dis­sant Cren­dal, le seul in­su­laire à sur­na­ger der­rière une for­ma­tion à la dé­rive. Avec quatre buts d’avance à la pause, une cause en­ten­due, un sus­pense étouf­fé, qu’al­lait ré­ser­ver la deuxième pé­riode ? Aurillac dé­ci­da de ne pas lâ­cher le mor­ceau et Si­mon pas­sa à nou­veau par là pour bo­ni­fier un nou­veau centre de Diop et si­gner dans un bel élan d’op­por­tu­nisme, le coup du cha­peau (50e). Dans la fou­lée et à deux re­prises, Si­mon jouait les pas­seurs pour Boo­ba Ko­né réa­li­sant à son tour un tri­plé (61e et 66 ). Le fes­ti­val des Au­rilla­cois se pour­sui­vait, le cal­vaire de L’ile Rousse se pro­lon­geait. Un peu plus en­core avec un but de Dia­khi­té ser­vi par Chauve (70e), tous deux fraî­che­ment en­trés. Et de huit ! Ar. Combes, éga­le­ment sor­ti du banc, dis­til­lait un bal­lon pour la tête du grand Dia­khi­té (79e). Et de neuf ! Puis dix avec un geste en­core plein d’ef­fi­ca­ci­té de Boo­ba Ko­né aler­té cette fois par Chauve (84e). La coupe dé­bor­dée, Aurillac rem­por­tait le plus large suc­cès de son his­toire face à des Corses hors su­jet.

BUTS. Aurillac s’est ba­la­dé de­vant des Corses in­exis­tants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.