Re­vanche des Russes sur les Bleus

Les Fran­çais deuxièmes en re­lais, hier

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports l'actu nationale -

Cette fois, ils se sont ser­rés la main sur le po­dium. Un peu plus d’une se­maine après leur passe d’armes au su­jet du do­page, Fran­çais et Russes se sont li­vrés une ba­taille à la loyale hier sur le re­lais hommes des Mon­diaux, la bande à Mar­tin Four­cade étant bat­tue de peu par ses ri­vaux.

Ter­mi­nées les po­lé­miques du pre­mier jour. La Rus­sie et la France ont en­ter­ré la hache de guerre à l’is­sue d’une course par équipes qui au­ra te­nu toutes ses pro­messes. Alors que le re­lais mixte avait cris­tal­li­sé toutes les ten­sions, pous­sant les Russes à re­fu­ser de sa­luer un Four­cade connu pour ses prises de po­si­tion tran­chées contre le do­page, l’at­mo­sphère est ap­pa­rue beau­coup plus apai­sée après la pre­mière mé­daille d’or d’an­ton Shi­pu­lin et des siens sur ces Mon­diaux.

L’enca­dre­ment russe avait, il est vrai, eu la bonne idée de ne pas sé­lec­tion­ner Alexandre Lo­gi­nov, dont le re­tour après deux ans de sus­pen­sion avait sus­ci­té l’ire du n° 1 mon­dial Mar­tin Four­cade. Et tout s’est dé­rou­lé sans ac­croc.

« On a es­sayé de me trou­ver des que­relles avec les Russes, je n’en ai pas », a dé­cla­ré Four­cade. « Je n’ai ja­mais eu de sou­cis avec les Russes mais avec un des ath­lètes russes. Je trouve d’ailleurs que c’est un beau geste de la part de l’équipe russe de ne pas l’avoir ali­gné. »

Les vain­queurs du jour ont eu la même vo­lon­té d’éva­cuer au plus vite le su­jet qui fâche. « Four­cade et moi, on a dé­pas­sé notre conflit et j’es­père que ce ne se­ra pas quelque chose qui in­ter­fé­re­ra dans nos re­la­tions dans le fu­tur », a es­ti­mé Shi­pu­lin, qui avait dé­jà ac­té sa ré­con­ci­lia­tion avec le n° 1 mon­dial par une ac­co­lade après le sprint.

Sur un plan stric­te­ment spor­tif, les Russes (Alexey Vol­kov, Maxim Ts­vet­kov, An­ton Ba­bi­kov, An­ton Shi­pu­lin) ont sans doute pro­fi­té de la mé­forme de Four­cade, han­di­ca­pé par un rhume, et in­ca­pable de re­faire son pe­tit re­tard sur Shi­pu­lin sur le der­nier re­lais tri­co­lore. Mais la mé­daille d’ar­gent des Bleus (Jean­gul­laume Bea­trix, Quen­tin Fillon­maillet, Si­mon Des­thieux, Mar­tin Four­cade) juste de­vant l’au­triche, la sep­tième bre­loque pour les Fran­çais à Ho­ch­fil­zen, vient ré­com­pen­ser une pres­ta­tion d’en­semble très so­lide, no­tam­ment au tir où seul Des­thieux, avec trois fautes, est pas­sé au tra­vers.

« Je suis un peu pris et il y a eu for­cé­ment un peu de fa­tigue, a ju­gé Four­cade, qui s’est of­fert une 5e mé­daille en 5 épreuves. Mais Shi­pu­lin avait une ving­taine de se­condes d’avance et j’ai presque réus­si à com­bler ce re­tard. Par contre, je l’ai payé sur le der­nier tour. Il avait sans doute plus d’éner­gie que moi alors que je n’étais pas dans mon meilleur jour. Mais c’est su­per pour l’équipe et dans l’op­tique des JO. On est su­per content. »

Le pa­ri de Four­cade tient tou­jours

La pe­tite ma­la­die du quin­tuple te­nant de la Coupe du monde sème tou­te­fois le doute sur sa ca­pa­ci­té à jouer la vic­toire lors de la mass start, au­jourd’hui, et à éga­ler deux re­cords du lé­gen­daire Nor­vé­gien Ole Ei­nar Bjoern­da­len (12 suc­cès sur une sai­son, 11 titres mon­diaux). Mais son pa­ri de gla­ner 6 bre­loques en 6 courses, un ex­ploit ja­mais réa­li­sé dans l’his­toire du biath­lon, tient tou­jours.

« Ce­la va être dif­fi­cile mais il fau­dra faire avec », a ex­pli­qué le double cham­pion olym­pique. « Le dé­fi est main­te­nant entre mes mains. On va voir si je ré­ponds à la pres­sion. Mais la mass start est une épreuve très dense qu’il est plus dif­fi­cile à maî­tri­ser à 100 %. Sur mon po­ten­tiel, je suis ca­pable d’al­ler cher­cher une mé­daille mais il fau­dra être presque ir­ré­pro­chable pour y ar­ri­ver. »

PO­DIUM. main. Cette fois, Four­cade et les Russes se sont ser­ré la

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.