Les sé­ries, mi­roir de nos peurs

Elles tra­duisent les émo­tions du monde, se­lon Do­mi­nique Moï­si

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Septième jour - Flo­rence Ché­do­tal flo­rence.che­do­tal@cen­tre­france.com

D’or­di­naire, ce pro­fes­seur au King’s Col­lege de Londres converse du jeu di­plo­ma­tique in­ter­na­tio­nal et de la pou­drière du Moyeno­rient. Mais là, on re­trouve le géo­po­li­ti­cien Do­mi­nique Moï­si, le nez dans Down­ton Ab­bey, House of Cards et Game of Th­rones. Une pe­tite en­vie de ré­créa­tion? Pas tant que ce­la…

Un jour, droit dans les yeux, ses en­fants lui ont dit : « Tu ne peux pas pré­tendre en­sei­gner la géo­po­li­tique de l’émo­tion sans avoir ja­mais re­gar­dé la moindre sé­rie té­lé ! ». Il s’est donc exé­cu­té, ab­sor­bant des cen­taines d’heures de Game of Th­rones, House of Cards, Down­ton Ab­bey, Ho­me­land… « Ce n’était pas un di­ver­tis­se­ment, pré­cise Do­mi­nique Moï­si, mais une dé­marche à double lo­gique ». D’abord, « re­con­naître la cen­tra­li­té des sé­ries té­lé dans le monde d’au­jourd’hui ». À l’image de ce que furent les feuille­tons pu­bliés dans la presse au XIXE siècle. Et, en­suite, « es­sayer de don­ner un cours de géo­po­li­tique à un pu­blic plus vaste ».

Car, le géo­po­li­ti­cien pré­vient : « Si vous ne vous in­té­res­sez pas à la géo­po­li­tique, elle, s’in­té­res­se­ra à vous ». Im­pos­sible d’y échap­per, tant son « im­pact est consi­dé­rable. « Que ce soit Daech, l’am­bi­tion de Pou­tine, les dé­ci­sions de Trump… On est tous concer­né », ex­plique ce co­fon­da­teur de l’ins­ti­tut fran­çais des re­la­tions in­ter­na­tio­nales (IFRI), pro­fes­seur au King’s Col­lege de Londres et au­teur de La géo­po­li­tique des sé­ries ou le triomphe de la peur (Stock), pu­blié dans la suite de La géo­po­li­tique de l’émo­tion (Gal­li­mard).

« Notre op­ti­misme s’est ef­fon­dré en 2001 »

Pour ne pas sur­vo­ler ses ob­jets d’études, il s’est concen­tré sur quelques sé­ries. « J’en ai re­gar­dé une di­zaine. Il fal­lait que je tra­vaille quand même à cô­té… », ad­met­il. Mais « moins, c’est plus. Je ne vou­lais pas ap­por­ter une lec­ture su­per­fi­cielle ».

De ce temps pas­sé de­vant son pe­tit écran, il en est res­sor­ti avec l’idée que la peur do­mine les sé­ries, comme elle do­mine le monde. « Win­ter is co­ming », peut­on en­tendre dans Game of Th­rones… Que ce soit la peur du ter­ro­risme dans Ho­me­land, la peur d’un sys­tème po­li­tique en dé­clin dans House of Cards, la peur de l’oc­cu­pa­tion russe dans Oc­cu­pied, la peur de l’ef­fon­dre­ment d’un monde dans Down­ton Ab­bey (c’est sa sé­rie pré­fé­rée, celle­ci !), la peur des bar­bares dans Game of Th­rones (qui évoque d’ailleurs, se­lon lui, le Moyen­orient ac­tuel)…

Mais n’est­ce pas juste un res­sort dra­ma­tique qui a fait ses preuves ? « Non, je crois qu’il y a un phé­no­mène nou­veau, qui trouve sa source le 11 sep­tembre 2001. Notre op­ti­misme s’est ef­fon­dré en même temps que les tours de Man­hat­tan ».

Se­lon Do­mi­nique Moï­si, ces « sé­ries re­flètent les émo­tions du monde et, dans cer­tains cas, elles peuvent les en­cou­ra­ger », ad­met­il. « Elles sont de­ve­nues un phé­no­mène de mon­dia­li­sa­tion, mais elles en tra­duisent aus­si le re­jet. On veut des murs pour se pro­té­ger. Re­gar­dez le mur du nord construit face aux sau­va­geons dans Game of Th­rones. Sauf que pour nous, ce­la se passe dans le sud ».

Un­der­wood = Trump ?

La fic­tion et la réa­li­té se croisent. À tel point que le géo­po­li­ti­cien consi­dère que Trump est la consé­quence d’un­der­wood, ce per­son­nage ma­chia­vé­lique de House of Cards. Ah oui, vrai­ment ? « On peut dis­cu­ter de ça… Mais je main­tiens, s’il n’y avait pas eu un tel sen­ti­ment vis­à­vis de la dé­mo­cra­tie, House of Cards n’au­rait ja­mais exis­té. Ce n’est pas Un­der­wood qui a ou­vert la voie à Trump, c’est la crise de la dé­mo­cra­tie, ce contexte de cy­nisme, de doute, qui ont fait Trump ».

Le po­li­to­logue garde tou­jours un oeil sur les sé­ries qui sortent, tra­quant, der­rière la peur, une « lueur d’es­poir » qui pour­rait en­fin la ba­layer.

PHO­TO AFP

COUP DE PUB. Ce jeune homme était char­gé, en juin der­nier, à Hol­ly­wood, de faire la pro­mo de House of Cards. De la fic­tion à la réa­li­té…

© JU­LIEN FALSIMAGNE

DO­MI­NIQUE MOÏ­SI. Po­li­to­logue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.